Les Rainettes de France

Les Rainettes sont des Amphibiens du genre Hyla. Au fûr et à mesure des découvertes et des études nous avons atteint le nombre de quatre espèces dans le pays.

La première est la Rainette verte (Hyla arborea (Linnaeus, 1758)) septentrionale. On trouve dans le sud du pays la Rainette méridionale (Hyla meridionalis Boettger, 1874) et on a récemment distingué la Rainette sarde (Hyla sarda (de Betta, 1857)) qui est présente en Corse et la Rainette ibérique (Hyla molleri Bedriaga, 1889) qui déborde en France par la façade Atlantique jusqu’en Gironde.

Rainette sarde – ©© bysa – H.Hillewaert – Wikimedia

Le Crapaud vert ou les Crapauds verts

Les Crapauds verts sont rangés dans le genre Bufotes. On était intrigué par la répartition particulière de cette espèce à l’origine, à la fois présente en Alsace et à la fois en Corse. Dans les faits (découverte de 2006) nous avons deux Crapauds verts en France : le Crapaud vert commun (Bufotes viridis (Laurenti, 1768)) et le Crapaud vert italien (Bufotes balearicus (Boettger, 1880)). Le premier atteint l’extrême nord-est de la France (Moselle, Alsace, Doubs) et est présent jusqu’aux Balkans et la Russie occidentale. Le second se trouve en Italie, dans l’est de la Sicile, en Sardaigne et en Corse. En 2006 on a distingué d’autres espèces présentes depuis l’Afrique du Nord au Moyen Orient.

Crapaud vert commun – ¢ – Ivengo – Wikimedia

 

Crapaud vert d’Italie – ©© bysa – R.Bartz – Wikimedia

EnregistrerEnregistrer

Deux Bufo en France

On distingue désormais (depuis 2004) en France, deux espèces du genre Bufo. Ce sont le Crapaud commun (Bufo bufo (Linnaeus, 1758)) et le Crapaud épineux (Bufo spinosus (Daudin, 1903)). Le premier a des tendances septentrionales, alors que le second est plus méridional. Dans les faits, l’un est dans le nord-est du pays selon une ligne allant de la Normandie aux Alpes-Maritimes, le second est dans le sud-ouest de cette ligne. Au niveau des départements contigus on rencontre les deux espèces. Dans les département de la Loire, du Rhône, de l’Ain et de l’Isère par exemple il semble bien qu’on ait les deux taxons.

Le Crapaud commun s’observe depuis les îles Britanniques et le nord-est de la France aux Balkans, la Turquie, la Scandinavie et le coeur de la Russie jusqu’à proximité du Lac Baïkal. Il a les glandes parotides relativement parallèles et l’oeil jaune à peine orangé.

Crapaud commun – ©© by – H.Krisp – Wikimedia

Le Crapaud épineux est présent en Afrique du Nord, dans la Péninsule Ibérique et dans le sud-ouest de la France selon un schéma défini ci-dessus. Il a les glandes parotides divergeantes, l’oeil orangé à rougeâtre et présente une peu plus verruqueuse, crissant sous la main. Ses dimensions maximales sont supérieures à celles du Crapaud commun.

Crapaud épineux – ©© byncsa – O.Delzons – INPN

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Le Sonneur à ventre de feu est en France

Bombina bombina (Linnaeus, 1761)

Le Sonneur à ventre de feu est une des rares espèces d’Amphibiens allochtone en France. Elle est originaire de l’est de l’Europe depuis l’Allemagne orientale, la Pologne jusqu’en Bulgarie et le coeur de la Russie. Elle a été introduite outre la France, en Suède et en Angleterre.

Cette espèce se trouve donc en Moselle.

©© bysa – M.Szczepanek – Wikimedia

Les Posibactéries ancêtres des êtres vivants ?

Posibacteria Cavalier-Smith, 1997

L’empire des Procaryote (Prokaryota Chatton, 1925) présente à sa racine le règne des Bactéries (Bacteria Woese & Fox, 1977). Ce sont des êtres vivants unicellulaires qui ne présentent pas de noyau, l’ADN formant un filament généralement circulaire flottant dans le cytoplasme. Certaines Bactéries n’ont qu’une seule membrane plasmique bordant la cellule. Ce sont les Unibactéries (Unibacteria Cavalier-Smith, 1997). On y trouve à la base les Posibactéries, objets de cet article.

Or, tout d’abord les Posibactéries vont inclure les Archées (Archaea Woese, Kandler & Wheelis, 1990) qui sont souvent extrêmophiles et orientent sur les Eucaryotes (Eukaryota Whitaker & Margulis, 1978). En effet les Eucaryotes ont eux aussi une seule membrane plasmique bordant la cellule. Ces derniers sont nucléées avec une enveloppe nucléaire double contenant l’ADN sous forme de filaments de chromatine, base des chromosomes.

Ensuite les autres Bactéries, les Négibactéries (Negibacteria Cavalier-Smith, 1997) présentent un doublement de la membrane plasmique. Bien que fréquemment mises en parallèle de manière pratique des Unibactéries, les Négibactéries dérivent des Posibactéries. On y rencontre les Cyanobactéries, les Spirochètes, etc.

En conclusion les Posibactéries sont à la base des Archées, des Eucaryotes et des Négibactéries. Nous trouvons ici un ensemble à l’origine de tous les êtres vivants actuels. La monophylie des êtres vivants semble donc bien passer par l’embranchement des Posibactéries.