Anax porte-selle version 2019

L'Anax porte-selle (Hemianax ephippiger) s'est montré de manière exceptionnelle dans certains secteurs d'Europe en 2009


Il est clairement parvenu en Belgique et aux Pays Bas en grand nombre où le contexte suggère de multiples cas de développement larvaire estival sur place. On trouve encore des mentions au sein de la Pologne, moindres en Allemagne, sur les côtes anglaises, l'espèce étant montéer jusqu'en Ecosse (11 juillet 2019) et très localement dans le sud de la Scandinavie notamment dans le sud de la Suède. En situation extrême l'Anax porte-selle a été observé en Lituanie le 16 octobre 2019.

Arjan Kop prépare un article sur la venue d'Hemianax ephippiger (= Anax ephippiger) en Europe en 2019.

Les mentions en France, sont moins denses qu'au Bénélux et concernent comme traditionnellement deux vagues : l'une au printemps pour des individus en provenance d'Afrique et l'autre en fin d'été et en automne concernant alors plus probablement des individus dont la larve s'est développée dans le Bassin méditerranéen (notamment en Camargue et en Languedoc) au cours de la saison 2019 après des pontes printanières dans le Midi et qui migrent alors vers le Nord. Cette seconde volée est plus nombreuse et concerne un plus grand nombre de localités éparses sur le pays. De manière plus générale la saison est globalement assez normale pour le Sud de la France, néanmoins on notera bon nombre de données sur le continent qui relèvent d'une phase d'invasion. Un phénomène cul de sac semble concerner le Bénelux où les indications de Zadellibel, nom local de notre Anax, se sont accumulées. Les données françaises concernent des extrêmités comme les îles du Finistère tel Ouessant, les côtes bretonnes. On a très peu d'indication dans le Bassin Parisien et les montées ne semblent guère dépasser le département de l'Ain ou de la Loire. Comme nous l'avons dit la situation dans le Midi (Roussillon, Languedoc ou Provence) ou en Corse paraîtra assez normale. Il y a néanmoins un artéfact sur les Alpes-Maritimes où les indications sont très nombreuses.
Notons que les mentions du Roussilon, de Corse et une partie des indications isolées de l'ouest de la France ont été printanières, quant aux autres mentions qui concernent l'ensemble des territoires décrits plus haut ils concernent l'été et l'automne 2019. On notera en automne et en contraste, un déficit des indications en Roussillon et Languedoc. On voit encore voler l'espèce le 24 octobre 2019 à Ouessant alors qu'en Ardèche l'espèce est en train de pondre très tardivement. Notons par ailleurs que les mentions se poursuivent en Bretagne fin octobre et que le nord de cette région est concernée pour la première fois par cette espèce, enfin presque puisqu'en 2015 il y en avait déjà eu.

On trouve en Poitou-Charentes diverses observations dans les marais littoraux et d'arrière atlantique en Charente Maritime et en Vendée méridionale.

Comme d'habitude c'est l'Ardèche qui en Rhône-Alpes rapporte de loin de plus de mentions. Elles sont pour une seule année particulièrement nombreuses dans la Loire, l'Ain et l'Isère, multiples dans la Drôme qui jusque là n'avait recueilli que quelques données. On notera dans le département de l'Ardèche le premier cas de ponte jamais enregistré sur ce département, ce, à une date particulièrement tardive.

Hemephfr2019
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles - Cartographie simplifiée de la présence d'Hemianax ephippiger en France en 2019
En jaune : période printanière (mars-avril) - en rouge : période tardi estivale et automnale (août-octobre)

Une originalité de cette invasion d'Anax porte-selle est la répétition d'observations à des altitudes record, la cote des 2000 m est dépassée à neuf reprises dans les Alpes-Maritimes et dans un cas dans les Hautes-Alpes ; record vers 2200 m. Dans le détail nettement plus de la moitié des informations se situent près du niveau de la mer, une très grande majorité ne dépassent pas les 600 m, on trouve encore une trentaine de mentions autour des 1000 m et de nouveau une quinzaine, à chaque fois après un hiatus entre 1800 et 2200 m d'altitude. Ces dernières indications tout à fait exceptionnelles concernent pour l'essentiel de département des Alpes-Maritimes.

Enfin notons que les indices de reproduction raportés sont très limités dans le pays à la différences d'autres états européens comme les Pays Bas par exemple. En effet le seul cas de reproduction avéré concerne le département de l'Ain fin septembre 2019 (exuvies), quelques rares tandems et plus exceptionnellement exemples de ponte sont rapportés.

640px-Hemephpj
© Pierre Juliand (Groupe Sympetrum) - Ardèche, Lanas le 24 octobre 2019 - Ponte

En conclusion si la situation est relativement normale dans le Midi de la France, l'invasion de 2019 est plus remarquable ailleurs en France notamment dans le sud-est, sur la façade Atlantique, Charente-Maritime, Vendée, Finistère et Ouessant. Elle se caractérise par un important afflux dans les Alpes-Maritimes qui voit tomber des records d'altitude dépassant les 2000 m, la faiblesse des cas de reproduction (exuvies seulement dans l'Ain, fin septembre) et des observations tardives de ponte (fin octobre en Ardèche). Le printemps a principalement concerné le Roussilon et le Languedoc ainsi que la Corse, secteurs peu visités par l'Anax lors de la seconde période de présence en 2019. En tant que migrateur obligé, il est possible que les secteurs occupés au printemps soient des gîtes de reproduction d'où les individus sont partis pour visité pour partie du reste du pays.


Voir aussi - Un Anax porte-selle à Noirmoutier en novembre 2019
Sources - Faune de France (2019), Groupe Sympetrum, Courriers, WoW

Eléments d'Odonatologie française (2019)

Eléments d'Odonatologie française… mis en ligne


eof2019

Quelques événements clés de l'année 2019


• Dissolution de la Société française d'Odonatologie dont les activités seront répercutées au sein de l'Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE)
Pantala flavescens observée dans le Gard au cours de l'été 2019, c'est une nouvelle espèce de Libellules confirmée pour la France.
• Le statut de Paragomphus genei a été amélioré avec démonstration, enfin, de sa reprodution en Corse en juin 2019.
• Mini invasion d'Hemianax ephippiger avec son lot d'observations en fin d'été 2019. Des cas de ponte tardive sont observés…
• Fondation des pages Internet Eléments d'Odonatologie française