Données naturalistes et leur statut...

Qu'est-ce qu'une donnée naturaliste ?


Il s'agit d'informations qui permettent de décrire une observation concernant la flore, la faune, la fonge, un habitat naturel ou un élément géologique, voire astronomique.
Afin d'être exploitable une donnée doit être un minimum structurée et récoltée avec un minimum de rigueur scientifique.
Quatre informations essentielles sont absolument essentielles pour constituer une donnée naturaliste.
donnee
Pour être précis préférer le nom scientifique de l'espèce ou du taxon. La détermination doit être absolument certaine. On peut dégrader le niveau d'identification en se limitant au genre ou la famille... mieux vaut une donnée moins précise qu'une donnée fausse.

L'observateur est indissociable de sa donnée mais… !


Le code de la propriété intellectuelle ne s'applique pas sur les données d'observations naturalistes.
Le droit d’auteur protège les œuvres de l’esprit, c’est-à-dire des productions portant l’empreinte de leurs créateurs. C’est le cas des photographies ou des prises de sons par exemple, car il y a toujours des choix fait par l’auteur.

En revanche, la jurisprudence ne reconnaît pas une donnée d’observation naturaliste comme constituant d’une œuvre de l’esprit. Il s’agit en effet de données relatant une observation de la réalité de manière factuelle, sans qu’il n’y eu de mise en forme originale de ces éléments. Même si cette observation demande des compétences scientifiques, ainsi qu’un investissement personnel, le fait de retranscrire factuellement la réalité ne constitue pas une œuvre de l’esprit.

Par contre, une base de données est protégée par le droit d’auteur, car il s’agit d’une structuration particulière, de la création d’un outil informatique ayant demandé une mise en forme originale de la part de son auteur. Les bases de données sont protégées pendant 15 ans à compter de la dernière mise à jour ou la dernière exploitation.

Toutefois les 4 éléments Qui ? Quand ? Où ? Quoi ? Sont parfaitement indissociables
. En effet toute donnée perds de son sens et de sa rigueur scientifique si on exclue un de ses éléments. Aucune donnée brute ne doit circuler si elle ne possède pas ses quatres propriétés.

Les données mises en ligne sont publiées


Dans la mesure où elles sont rendues publiques les données sont considérées comme publiées même s'il s'agit d'une publication éphémère. Les citations dans le respect du référencement des sources est donc autorisée sans aucun délais, ni limite dans le temps. La loi autorise le référencement et la citation dès la divulgation / publication de l'œuvre. Il n'y a pas lieu de demander l'autorisation d'un auteur pour référencer ou citer sa publication scientifique.

Les données financées sur des fonds publics sont publiques


En règle générale les données acquises sur fonds publics ont de facto le caractère de donnée publique. Elles sont en conséquence disponibles pour les associations naturalistes, les acteurs ou les gestionnaires qui en ont l'usage.
bar
10428549_10205003228313365_2715704869341854594_n

Concept de Données naturalistes libres


• Chacun reste propriétaire de ses données, il en reste l'inventeur, que ce soit dans le cadre d'activités individuelles ou professionnelles. Nous sommes libres de publier nos découvertes.
• Nous sommes libres de choisir la visibilité de nos données quand les outils le permettent.

1374253_10205005960621671_1639100620721897269_n
bar
00048384

Exemple de code déontologique


Les sept principes déontologiques de la base de données Entre Amis


Ces principes sont volontairement très simples :
1 - Les données sont la propriété des observateurs. Ceux-ci en ont le libre usage. Nous demandons à tous les naturalistes de conserver ce libre arbitre*.
2- Les observateurs confient leurs données brutes au gestionnaire de la base de données « entre amis » à titre gratuit pour la défense de la nature sauvage.
3 - La base « Entre Amis » est dépositaire des données mises en commun. Elle rassemble un ensemble de données gratuites et ne peut en aucun cas les vendre.
4 - L’objectif principal de la base entre amis est de faire progresser la protection de la nature dans la Drôme, l’Isère et les départements voisins. Cette base doit participer à toutes les initiatives qui vont dans le bon sens.
5 - Les actions prioritaires sont les inventaires (ZNIEFF, gestion des « Espaces Naturels Sensibles », site NATURA 2000, réserves naturelle ... etc.), les actions de gestion des habitats naturels, les dossiers permettant la défense des sites et des espèces menacés.
6 - Les utilisateurs privilégiés (c’est un principe intangible!) sont les associations de protection de la nature. Ces associations peuvent faire payer leur expertise généralement indispensable qui valorise sous la forme de synthèse ces données brutes. Dans le cadre de convention, les données brutes peuvent être mise à disposition de gestionnaires de sites protégés (données disponibles sur ces sites). Sur ce dernier point, des discutions sont en cours avec les collectivités intéressées de notre département.
7 - Elles peuvent être mise à disposition de naturalistes reconnus qui rédigent des documents de vulgarisation pour le public.

Note : * : Certains commanditaires d’études exigent l’exclusivité des données. Il faut refuser ce type de contrat, c’est inacceptable !
bar

Liens et références


> Qu'est-ce qu'une donnée naturaliste ? NaturaGis
> Données naturalistes (FAQ juridique Nature France)
> Base Entre Amis (Drôme, Isère)

La Drôme rivière sauvage, le livre

Capture-d%u2019écran-2019-11-18-à-09.45.05-1059x675
Le livre sur la Drôme, rivière sauvage est sorti. Initialement prévue le 25 novembre 2019 à la Gare des Ramières (Allex - 26), la présentation de l'ouvrage a été reportée au lundi 9 décembre 2019 à 13h30 : même lieu, autre date !

Longue de 110 km la rivière de la Drôme traverse des paysages riches et variés… si vous voulez tout savoir sur cette rivière exceptionnelle au libre cours, aussi divers, riche et varié que les paysages du bassin, cet ouvrage est fait pour vous.


Dupuis L. (dir.) 2019 - La Drôme. Rivière sauvage. - Assoc. Univ. d'études dômoises, Bourg lès Valence.

Mammifères de France (1910)

51791

Martin R. 1910 - Atlas de poche des mammifères de France, de la Suisse romane et de la Belgique. - éd. Lhomme, Paris. - ONLINE


Ce petit ouvrage disponible en ligne rends compte de toutes les espèces de Mammifères connues en 1910 et a été rédigé par René Martin, connu par ailleurs par ses études sur les Libellules et à l'origine du nom de la revue nationale d'odonatologie Martinia.

Nous retiendrons quelques références d'ouvrages donnés dans les introductions concernant les faunes départementales connues alors par René Martin, notamment sur deux régions qui nous intéressent plus particulièrement, Rhône-Alpes et Poitou-Charentes :
Beltramieux 1864-70 - Faune de la Charente-Inférieure et suppl. - La Rochelle.
Bouvier 1886 - Mammifères de France. - Paris.
Cavoleau 1884 - Statistique du département de la Vendée. - Fontenay-le-Comte.
De Rochebrune 1841 - Faune de la Charente. - Soc. Linn. de Bordeaux.
Lagardette 1872 - Catalogue des Mammifères de l'Ardèche. - Privas.
Mauduyt 1843 - Mammifères du département de la Vienne. - Poitiers.
Pomel 1854 - Vertébrés fossiles du bassin supérieur de la Loire. - Paris.
Rolland 1877 - Faune populaire des Mammifères de France. - Paris.
Trouëssart 1884 - Mammifères de France. - Paris.

Nous ne reprendrons pas toutes les espèces ici, mais seulement celles pour qui les éléments disponibles donnent du sens à ce que nous savons, ou ne savons pas non plus.

Rhinolophe grand fer-à-cheval - Rhinolophus ferrumequinum - Habite une grande partie de l'Europe, commune dans le Sud et plus rare dans le Nord. En France on le trouve partout, il est même très répandu dans le Centre, l'Ouest et le Midi.
Desman des Pyrénées - Myogalea pyrenaica - Dans les départements voisins des Pyrénées, à Tarbes, à Pau, dans l'Ariège, les Pyrénées-Orientales et aussi dans les Landes.
crossope
Crossope aquatique - Crossopus fodiens - Répandue partout en France. Elle est généralemnt très commune sur le bord des rivières, étangs et ruisseaux marécageux.
Castor ordinaire - Castor fiber - Habitait autrefois presque toute la France. Avant le Moyen Âge on le trouvait aux environds de Paris. Pendant le Moyen-Âges on le trouvait aux bords de la Saône, de l'Isère, de la Somme, de la Durance, du Rhône et du Gardon. Aujourd'hui il a été détruit presque partout et l'espèce n'est plus représentée en France que par quelques individus vivant péniblement sur le Rhône et quelques-uns de ses affluents ; il est malheureusement certain que bientôt il aura complètement disparu. Autrefois il construisait des digues dans les ruisseaux, mais à force d'être inquiété et pourchassé, il a perdu ses habitudes et il vit isolé ou en petites colonies sur quelques îlots du Rhône dans de très longs terriers creusés sur les berges.
Loir commun - Myoxus glis - On le trouve dans la plupart des départements français du Centre et du Midi, même de l'Est, mais il est toujours assez rare.
Loir muscardin - Myoxus avelanarius - En France, il semble assez rare partout, ce qui est probablement lié au fait qu'il est difficile à voir. Observé en France centrale, Normandie, dans les provinces du Nord et dans certains autres départements.
Rat noir - Mus rattus - Probablement originaire d'Asie centrale, il existe en Europe depuis le Moyen-Âge, tandis que la présence du Surmulot dans nos pays ne remonte pas à deux siècles. Il est commun partout dans les villes et dans les campagnes, mais dans beaucoup de grandes villes, il disparaît devant le Surmulot et là où il reste, il habite surtout les greniers.
ratmoisson
Rat des moissons - Mus minutus - Répandu partout en France. Habite les champs et les taillis où il est très peu ou assez commun, suivant les localités.
Lièvre commun - Lepus timidus (sic !) - Il est devenu rare dans beaucoup de départements, excessivement rare dans plusieurs du Midi, commun dans certains autres. Là où il n'est pas protégé par des chasses gardée, il diminue proptement de nombre, étant donné la chasse acharnée qui lui est faite.
Chat sauvage - Felis catus - Commun en France il y a un siècle et moins, il est devenu beaucoup plus rare.
Genette vulgaire - Genetta vulgaris - Elle se trouve en France, surtout au sud de la Loire jusqu'en Espagne, et à l'Est, elle ne dépasse pas le Rhône. On l'a cependant observée dans plusieurs département au nord de la Loire. Elle est rare dans la plupart des départements où on la trouve, sauf dans quelques localités du Centre et de l'Ouest où on l'observe assez fréqumment, tandis qu'en Vendée elle paraît très commune.
Belette vison - Mustella lutreola - Observé en France dans le Centre et presque partout dans l'OUest, dans la Gironde, en Bretagne où elle est même commune en Ille-et-Viline, en Normandie, dans l'Oise, dans les Vosges.
Ours brun - Ursus arctos - N'existe plus en Belgique, très rare en Suisse ; en France on trouve encore quelques individus dans les Alpes et les Pyrénées, l'Ours des Pyrénées étant plus petit que l'autre.
Loup commun Canis lupus - Le Loup autrefois si commun devient extrêmement rare en Belgique et en Suisse, si tant est qu'il y existe encore. Même en France, il ne séjourne plus que dans quelques départements. Le Loup n'existe plus depuis longtemps en Angleteree, il n'existe pour ainsi dire plus en Suisse et en Belgique ; avant peu, il n'existera plus en France.
Phoque marbré - Phoca foetida - Très accidentel sur les côtes françaises avec quelques captures en Normandie et en Picardie. Ne s'est probablement jamais reproduit ici.
Phoque veau-marin - Phoca vitulina - Vit sur les côtes françaises de l'Océan, bien qu'il y soit beaucoup plus rare qu'autrefois et très exceptionnellement dans la Méditeranée. Observé en Normandie, en Bretagne, aux embouchures de la Seine et de la Somme et dans le Golfe de Gascogne. On raconte l'histoire de deux individus tués près d'Orléans sur la Loire qu'ils remontaient. Ils sont très sauvages car très pourchassés.
Sans titre
Cerf d'Europe - Cervus elaphus - Le Cerf existe encore dans une trentaine de départements français où il est assez commun seulement dans un petit nombre de forêts, surtout en Normandie, autour de Paris, dans l'Ouest et dans le Centre. Il est aujourd'hui inconnu dans la moitié méridionale du pays et presque partout à l'Est. On ne le trouve plus qu'en un point de la Bretagne. Disparu de Suisse, n'est que dans les Ardennes en Belgique. Le Cerf disparaît promptement là où il n'est pas protégé de la chasse.
Cerf chevreuil - Cervus capreolus - Très commun autrefois en France, en Belgique et en Suisse, il a à peu [A préicser].
chamois
Chamois ordinaire - Capella rupicapra - N'existe en France que sur les sommets les plus sauvages des Alpes et des Pyrénées. C'est le Chamois dans les Alpes et l'Isard dans les Pyrénées. La différence entre les deux formes sont à peu près nulles.
Chèvre bouquetin - Capra ibex - Le Bouquetin était autrefois assez commun dans les montagnes, alors qu'il est aujourd'hui extrêmement rare et tout fait croire que bientôt il aura disparu. Il n'existe plus en Suisse. Dans les Alpes françaises, c'est à peine si on pourrait en trouver deux ou trois petits troupeaux dans les endroits les plus inaccessibles. Dans les Pyrénées où la race est un peu différente, on connaît l'existence de quelques bandes peu nombreuses.
Mouflon de Corse - Musimon musmon - Inconnu en France continentale, il vit confiné dans les montagnes de la Corse et en Sardaigne, par petites troupes se tenant en journée dans les lieux les plus escarpés et dans les maquis impénétrables. Très pourchassée par les chasseurs corses, l'espèce diminue de jour en jour.
Sanglier commun - Sus scrofa - Il inconnu dans plusieurs départements et rare dans d'autres, ainsi qu'en Belgique. Extrêmement rare en Suisse. Commun dans certaines forêts françaises. Il n'a comme ennemi que l'homme, surtout depuis que le loup, qui attaquait volonties les marcassins est evenu excessivement rare.

A l'instar des pensées de l'époque, l'auteurs qui par certaines de ses lignes a une analyse naturaliste relativement moderne, se sent peut-être obligé de classer les Mammifères de France en utiles ou nuisibles : "Si on veut classer nos mammifères en animaux utiles ou nuisibles à l'homme…".
Il reprends ensuite les espèces, souvent plus rares ou moins connues du public, qui n'ont pas été traitées dans la première partie donnant un ton plus scientifique à ses monographies.

Rhinolophe euryale - Rhinolophus euryale - Sud et Centre de la France. Observé notamment den Indre-et-Loire où, durant des années en juillet-août, une colonie d'environ 300 sujets était établie dans une cave. En général on le trouve en France centrale, seulement de juin à octobre et on se demande si l'espèce n'émigre pas en hiver.
Rhinolophe de Blasius - Rhinolophus blasii - Habite l'Europé méridionale, l'Algérie, la Sardaigne et très probablement la Corse. D'après Trouëssart il est à peu près certain qu'il se trouve dans certains départements français des bords de la Méditerranée, mais on n'a pas encore cité aucune capture bien authentique.
Barbastelle commune - Synotus barbastellus - Très rare en Belgique et dans le nord de la France, assez commune en Suiss et dans la plupart des départements française. Toutefois rare en Bretagne, dans la Sarthe et quelques autres endroits.
Vespérien de Savi - Vesperugo savii - Espèce rare trouvée seulement dans les Alpes, les départements du Sud-Est et la Corse. Elle est en été dans les montagnes et descends à plus basse altitude pour passer l'hiver.
Vespérien de Kuhl - Vesperugo kuhlii - Très commun en Provence et dans tout le midi de la France. Non observé dans le Centre et le Nord pas plus qu'en Belgique.
Vespérien abrame - Vespurugo abramus (= Vesperugo nathusii) - Espèce asiatique qui ne paraît avoir pas été observée en France pendant l'hiver. En été elle est assez fréquente en Provence, dans les Alpes françaises et suisse et dans tout le midi de la France.
Minioptère de Schreibers - Miniopterus schreibersi - Suisse, France dans les Pyrénées, la Provence et plusieurs départements du Midi et du Sud-Est, où il n'est pas commun. Excessivement rare ou inconnu ailleurs.
Molosse de Cestoni - Nyctinomus cestonii - Assez peu observé en France. On l'a capturé à diverses reprises, seulement dans le Var, les Bouches-du-Rhône et les Alpes-Maritimes. Plutôt rare partout.
Taupe aveugle - Talpa caeca - Selon Martin la Taupe aveugle qui habite certains départements des bords de la Méditerranée et celui de la Gironde, n'est probablement qu'une variété de Taupe commune (Talpa europaea), une forme en train de subir des modifications.
Crocidure étrusque - Crocidura etrusca - Départements du MIdi de la France et remonte jusque dans l'Allier et dans l'ouest ne remonte pas jusqu'à la Gironde.
Musaraigne des Alpes - Sorex alpinus - Plutôt rare : départements montagneux de France, le Jura, les Pyrénées [!], les Alpes françaises et suisses ; observée aussi dans le Doubs. Se touve jusqu'à une altitude de 2500 m.
Hamster commun - Cricetus frumentarius - N'habitait que dans les Vosges en France, tandis que l'espèce était commune en Alsace et en Allemagne. Depuis 1870, on en rencontre en Lorraine, en Champagne et jusque dans les environs de Paris. Assez commune autrefois dans la province de Liège en Belgique, elle s'est répandue aussi dans les provinces voisines.
Chat lynx - Felis lynx - Excessivement rare, tellement rare qu'on pourrait se demander si l'espèce existe encore en France. N'existe plus en Suisse ou en Belgique. Il y a quelques années on a constaté la présence de 4 ou 5 individus dans le département de l'Isère et dans ceux dees Hautes-Alpes et des Basses-Alpes [Alpes-de-Haute-Provence], même dans les Pyrénées et un animal qui doit être de cette espèce trouvé en Corse… puis plus rien jusqu'en ce qu'en décembre 1907 et février 1909, dans les Hautes-Alpes, la présence de 3 Lynx est signalée, dont un a été tué. Dans la faune du Jura, Ogérien cite le Lynx comme ayant été tué dans ce département en 1834 ; Fatio l'indique comme tué dans le Valais en 1867, Heldreich comme capturé en Grèce en 1862. D'après Réguis, il en existait quelques rares individus en Provence en 1878. Encore aujourd'hui, on en trouve quelques-uns en Autriche, et peut-être, très exceptionnellement, on le rencontrerait dans les Hautes-Alpes françaises.

lynx

Phoque moine - Pelagius monachus - Assez commun sur les rivages de l'Archipel [Corse / Grèce ?], il est plutôt très rare sur nos côtes où pourtant il se reproduit. Risso l'indique comme se montrant au printemps dans les Alpes-Maritimes, Crespon parle d'un individu capturé sur le littoral du Languedoc. Il a bien peu été observé.

Poissons de France

Voici des années que j'avais accumulé des informations et images sur les Poissons de France. J'ai tout particulièrement rassemblé les textes et images concernant les Poissons marins. J'y ai ajouté les espèces d'eau douce pour mémoire, ainsi que quelques notes au sujet de certaines d'entre eux.

Le tout est disponible dans le n°58 des Histoires Naturelles.

hn58

Deliry C. 2019 - Poissons de France. - Histoires Naturelles n°58. - PDF

Anax porte-selle version 2019

L'Anax porte-selle (Hemianax ephippiger) s'est montré de manière exceptionnelle dans certains secteurs d'Europe en 2009


Il est clairement parvenu en Belgique et aux Pays Bas en grand nombre où le contexte suggère de multiples cas de développement larvaire estival sur place. On trouve encore des mentions au sein de la Pologne, moindres en Allemagne, sur les côtes anglaises, l'espèce étant montéer jusqu'en Ecosse (11 juillet 2019) et très localement dans le sud de la Scandinavie notamment dans le sud de la Suède. En situation extrême l'Anax porte-selle a été observé en Lituanie le 16 octobre 2019.

Arjan Kop prépare un article sur la venue d'Hemianax ephippiger (= Anax ephippiger) en Europe en 2019.

Les mentions en France, sont moins denses qu'au Bénélux et concernent comme traditionnellement deux vagues : l'une au printemps pour des individus en provenance d'Afrique et l'autre en fin d'été et en automne concernant alors plus probablement des individus dont la larve s'est développée dans le Bassin méditerranéen (notamment en Camargue et en Languedoc) au cours de la saison 2019 après des pontes printanières dans le Midi et qui migrent alors vers le Nord. Cette seconde volée est plus nombreuse et concerne un plus grand nombre de localités éparses sur le pays. De manière plus générale la saison est globalement assez normale pour le Sud de la France, néanmoins on notera bon nombre de données sur le continent qui relèvent d'une phase d'invasion. Un phénomène cul de sac semble concerner le Bénelux où les indications de Zadellibel, nom local de notre Anax, se sont accumulées. Les données françaises concernent des extrêmités comme les îles du Finistère tel Ouessant, les côtes bretonnes. On a très peu d'indication dans le Bassin Parisien et les montées ne semblent guère dépasser le département de l'Ain ou de la Loire. Comme nous l'avons dit la situation dans le Midi (Roussillon, Languedoc ou Provence) ou en Corse paraîtra assez normale. Il y a néanmoins un artéfact sur les Alpes-Maritimes où les indications sont très nombreuses.
Notons que les mentions du Roussilon, de Corse et une partie des indications isolées de l'ouest de la France ont été printanières, quant aux autres mentions qui concernent l'ensemble des territoires décrits plus haut ils concernent l'été et l'automne 2019. On notera en automne et en contraste, un déficit des indications en Roussillon et Languedoc. On voit encore voler l'espèce le 24 octobre 2019 à Ouessant alors qu'en Ardèche l'espèce est en train de pondre très tardivement. Notons par ailleurs que les mentions se poursuivent en Bretagne fin octobre et que le nord de cette région est concernée pour la première fois par cette espèce, enfin presque puisqu'en 2015 il y en avait déjà eu.

On trouve en Poitou-Charentes diverses observations dans les marais littoraux et d'arrière atlantique en Charente Maritime et en Vendée méridionale.

Comme d'habitude c'est l'Ardèche qui en Rhône-Alpes rapporte de loin de plus de mentions. Elles sont pour une seule année particulièrement nombreuses dans la Loire, l'Ain et l'Isère, multiples dans la Drôme qui jusque là n'avait recueilli que quelques données. On notera dans le département de l'Ardèche le premier cas de ponte jamais enregistré sur ce département, ce, à une date particulièrement tardive.

Hemephfr2019
©© byncsa - Cyrille Deliry - Histoires Naturelles - Cartographie simplifiée de la présence d'Hemianax ephippiger en France en 2019
En jaune : période printanière (mars-avril) - en rouge : période tardi estivale et automnale (août-octobre)

Une originalité de cette invasion d'Anax porte-selle est la répétition d'observations à des altitudes record, la cote des 2000 m est dépassée à neuf reprises dans les Alpes-Maritimes et dans un cas dans les Hautes-Alpes ; record vers 2200 m. Dans le détail nettement plus de la moitié des informations se situent près du niveau de la mer, une très grande majorité ne dépassent pas les 600 m, on trouve encore une trentaine de mentions autour des 1000 m et de nouveau une quinzaine, à chaque fois après un hiatus entre 1800 et 2200 m d'altitude. Ces dernières indications tout à fait exceptionnelles concernent pour l'essentiel de département des Alpes-Maritimes.

Enfin notons que les indices de reproduction raportés sont très limités dans le pays à la différences d'autres états européens comme les Pays Bas par exemple. En effet le seul cas de reproduction avéré concerne le département de l'Ain fin septembre 2019 (exuvies), quelques rares tandems et plus exceptionnellement exemples de ponte sont rapportés.

640px-Hemephpj
© Pierre Juliand (Groupe Sympetrum) - Ardèche, Lanas le 24 octobre 2019 - Ponte

En conclusion si la situation est relativement normale dans le Midi de la France, l'invasion de 2019 est plus remarquable ailleurs en France notamment dans le sud-est, sur la façade Atlantique, Charente-Maritime, Vendée, Finistère et Ouessant. Elle se caractérise par un important afflux dans les Alpes-Maritimes qui voit tomber des records d'altitude dépassant les 2000 m, la faiblesse des cas de reproduction (exuvies seulement dans l'Ain, fin septembre) et des observations tardives de ponte (fin octobre en Ardèche). Le printemps a principalement concerné le Roussilon et le Languedoc ainsi que la Corse, secteurs peu visités par l'Anax lors de la seconde période de présence en 2019. En tant que migrateur obligé, il est possible que les secteurs occupés au printemps soient des gîtes de reproduction d'où les individus sont partis pour visité pour partie du reste du pays.


Voir aussi - Un Anax porte-selle à Noirmoutier en novembre 2019
Hemianax ephippiger (World Odonata Web) - Odonatologie française
Sources - Faune de France (2019), Groupe Sympetrum, Courriers, WoW

Deliry C. 2019 - Anax porte-selle, migrateur avant tout. - Nature Life, 30 novembre 2019. - ONLINE