Miscellaneous

Le véritable nom de la Cordulie splendide

Citation : Deliry C. 2019 - Le véritable nom de la Cordulie splendide. - (1ère édition 2014) World Odonata Blog.

Au cours de la lecture de l'ouvrage de Kirby (1890) je d
écouvre en janvier 2014, une étrange présentation de la Macromia splendens (Deliry 2014) :



On y lit que le véritable nom de la Cordulie splendide devrait être Macromia splendida. Nous avons mené l'enquête et nous sommes procuré les articles présentés.

Le 3 mai 1843, Selys (1843a) annonce à la Société entomologique de France la découverte de la Cordulie splendide. On y découvre que l'espèce, une femelle, avait été remarqué par l'auteur au Museum de Genève en 1840 et qu'il avait encouragé Pictet de la Rive à la publier. Ce dernier a différé le projet faute d'informations sur le mâle. La description et la planche ce taxon paraîtra dans le Magazin de Zoologie dirigé par Guérin-Méneville accompagnée de celle du mâle préparée par Selys (datée d'avril 1843 in Pictet de la Rive & Selys 1844).



Daté de mai 1843, ce texte est attribué à Selys (1843b) dans le sommaire. Il comprends une description de Pictet de la Rive nommée Cordulia splendida. Il s'agit d'une véritable description dont la publication est ici maladroitement anticipée. Chronologiquement il est probable que cette communication soit postérieure à celle du 3 mai 1843, néanmoins si les deux documents sont sortis en 1843, nous ne savons pas lequel a été publié en premier dans l'année. Ceci n'a d'ailleurs pas d'importance car seul le second comprends une description.



Bien que préparée et discutée en 1843, la description "officielle" de l'espèce paraît en 1844 dans un Magazin de Zoologie daté de 1843 sous la double écriture de Pictet et de Selys (Pictet de la Rive & Selys 1844 - PDF).

Nous avons eu divers échanges avec D.Paulson et M.Schorr entre juin 2014 et octobre 2014 sur ce sujet, affinant peu à peu la situation. M.Schorr (in litt. du 14 octobre 2014) dit que la note de Selys de 1843 (b) rend simplement compte de l'enregistrement de l'espèce en France. Il ajoute la description de Pictet de la Rive avec une faute de frappe sous Cordulia splendida, ce n'est en aucun cas une description de l'espèce.

Fin 2018 et début 2019 nous avons simplifié l'argumentation et amélioré la présentation de ce sujet. Nous arrivons aux conclusions suivantes :
• Cordulia splendida Pictet de la Rive in Selys, 1843 (nomen oblitum)
• Cordulia splendens Pictet de la Rive & Selys, 1844
Elles sont parfaitement conformes à celles de Kirby (1890).



Références
• de Selys Longchamps E. 1843a - Note sur quelques libellules d'Europe. - Annls de la Soc. Entom. de France, 2e série, tome 1 : 107-109. - ONLINE
• de Selys Longchamps E. 1843b - Description d'une nouvelle espèce de Névroptère du genre Cordulia découverte en France. - Revue Zoologique, revue mensuelle, mai 1843. - ONLINE
• Deliry C. 2014 - Le véritable nom de la Cordulie splendide. - Nature Life.
• Pictet de la Rive & de Selys Longchamps E. 1844 - [Cordulia splendens]. - Magazin de Zoologie, 2e série, 5e année : texte + pl.117. - PDF

Les Sympétrums de Newman en 1833

Citation : Deliry C. 2019 - Les Sympétrums de Newman en 1833 - World Odonata Blog

En 1833, Newman d
écrit le genre Sympetrum accompagné de quelques descriptions précises de taxons dans pages 511 et suivantes. Malgré leur grande qualité ces descriptions sont accompagnées de noms assez maladroits dans un contexte où Sympetrum sanguineum était méconnu et Sympetrum striolatum n'était pas décrit.

Sympetrum scoticum est attribu
ée à Leach pour sa description dans un mystérieux ouvrage (XI 136) et à Donovan pour son illustration. L'espèce corresponds classiquement à Sympetrum danae et est indiquée en Ecosse et dans quelques parties de l'Angleterre.

Sympetrum rufostigma Newman, 1833, corresponds
à bien Sympetrum sanguineum en raison de ses pattes noires. Elle est particulièrement abondante [en Angleterre vers Londres].

Sympetrum vulgatum Newman, 1833 (nec Linnaeus, 1758) est une Libellule aux pattes marqu
ées de jaune, mais diffère de la Libellula vulgata de Linnaeus (1758) si bien que Newman marque la "synonymie" d'un point d'interrogation. Nous pensons vus son abondance, qu'il s'agit de Sympetrum striolatum.

Sympetrum basale Newman, 1833 (nomen oblitum) est un nom oubli
é qui n'est pas synonyme comme on l'a cru de Sympetrum sanguineum ! L'auteur adopte le nom donné par Stephens, sans description, en 1829 (Libellula basalis). Les ailes magnifiquement marquée de couleur safran et la rareté de l'espèce [vers Londres] correspondent à Sympetrum fonscolombii qui ne sera finalement décrit "officiellement" que quelques années plus tard.


©© bysa - Alberto Luis Nunes - Wikimedia Commons

Sympetrum flaveolatum est Sympetrum flaveolum, bien reconnaissable
à ses amples marques jaunes à la base des ailes. Rarement prise vers Londres, elle est plus abondante en Ecosse. Il partage cette conception de ce nom avec Müller : Libellula flaveolata Müller, 1764 (nec Linnaeus, 1761) qui avait déjà fait la "confusion".

On trouve en note de bas de page les descriptions des genres Orthetrum, Platetrum et Leptetrum. Le dernier utilis
é pour Libellula quadrimaculata n'est pas usité.

Newman E. 1833 - Entomological notes. - Entomological Magazine, 1: 511-514. - ONLINE

Libellula sylvia et Libellula depressa

Cordier (2019) en ce début d'année commente en détail les noms donnés à Libellula depressa.

La Sylvie de Geoffroy (1762) est finalement nommée Libellula sylvia par de Fourcroy (1785). Nous sommes en présence d'un Orthetrum en raison de ses ailes complètement diaphanes et de son abdomen pruineux bleuté. Néanmoins d'anciens auteurs l'avaient associée à tort avec Libellula depressa. En 1985, d'Aguilar et Dommanget la présente comme un Orthetrum cancellatum. Or, la description de Geoffroy (1762) parle de petites taches brunes au bord extérieur des ailes, ce qui est selon nous une indication pour certains mâles d'Orthetrum coerulescens qui présentent cette caractéristique originale partagée avec Libellula fulva mais de manière plus discrète. Malgré des recherches approfondies je n'ai pas réussi à trouver de photographie montrant ce détail. Les photographies présentées ne le montrent pas. Finalement j'ai trouvé une image proche de la description que je donne ici.


©© bync - Paul Cools - Encyclopedia of Life

Références
Cordier J.Y. 2019 - Zoonymie des odonates. Les noms de Libellula depressa (Linnaeus, 1758), la "Libellule déprimée".
d'Aguilar J. & Dommanget J.L. 1985 - Guide des Libellules d'Europe et d'Afrique du Nord. - Delachaux et Niestlé, Neuchâtel et Paris.
de Fourcroy A.F. 1785 - Entomologia parisiensis. - Parisiis.