Equus hydruntinus

De Miscellaneous Biodiversita

(Redirigé depuis Ane sauvage européen)

Mammifere.jpg

> Accueil > Mammifères

Ebauche.jpg
Cet article est une ébauche qui sera complétée ultérieurement.

Equus hydruntinus Regàlia, 1907 Ŧ

Âne sauvage européen - (en) European Wild Ass - Equidae

Ex.png

Eteinte - EX

©© bysa - Ted - Onagre de Perse, forme de l'Âne sauvage d'Asie. L'Hydrontin devait lui ressembler, néanmoins certains illustrateurs le présente avec des rayures sur la tête, le cou et le haut des épaules ce qui n'est pas sans rappeler le Zèbre quagga, d'autres le rapproche plus volontiers de l'Âne d'Asie. D'autres plus sobres ne lui rayent que le bas des pattes et lui donne un pelage unis et sombre.

L'Âne sauvage européen ou Hydrontin est un équidé éteint qui a été récemment rapproché grâce à des analyses d'ADN fossile, de l'Âne sauvage d'Asie, espèce toujours vivante.

Découverte en 1906 en Italie méridionale, cette espèce disparue a été signalée depuis dans diverses localités d'Europe : Portugal, Espagne, France, Belgique, Italie, Grèce, Allemagne, Ukraine (Crimée), Russie ainsi qu'au Moyen Orient, en Afrique du Nord (Lybie ; Tunisie [?]) et jusqu'en Iran et Asie centrale. Les plus anciens fossiles datent de 350.000 BP et proviennent de l'Hérault [2]. Cette espèce a survécu à la transition du début de l'Holocène. On a des indications de son existence jusqu'au Ier millénaire avant JC (Âge du Fer) et donc aux portes de l'Antiquité notamment en Arménie et en Iran. On trouve au Portugal et en Espagne des toponymes et des indications manuscrites qui pourraient se rapporter à cette espèce et alors constater sa survivance jusqu'au Moyen Âge, voire jusqu'au XVIe siècle[1].

En France, sa présence est encore attestée au début de l'Holocène et on connaît des indications jusque vers 8500 BP, notamment en Provence. Elle pourrait même, sous réserve de confirmation, avoir perduré plus tard, néanmoins les ossements de cette espère sont alors difficiles à distinguer de ceux de petits Chevaux (Equus ferus).

Cette espèce était encore présente aux portes de Rhône-Alpes (Saône-et-Loire, Gard) vers 10000 BP. Par contre l’Âne sauvage (Equus asinus) semble avoir été introduit dans la Sud de l'Europe par les Etrusques, puis les Grecs et les Romains.

Cet Âne vivait dans des climats tempérés [3] si bien qu'il s'est réfugié dans des stations méridionales lors des périodes glaciaires et notamment au Würm. Au début de l'Holocène se populations étaient fragmentées probablement en raison de la déglaciation et de sa chasse par l'Homme.

Equhydfr.png
Cartographie basée sur les informations fournies par l'INPN (2019) et compléments

Equus quagga - Planche de Nicolas Maréchal (1793)

Equhydlascaux.jpg
shared - © Source National Geographic Italia - Il somaro salentino : il misterioso Equus hydruntinus
L'animal représenté à droite du Cheval se rapporte probablement à un Âne européen

shared - Téléchargé depuis Pinterest et issu de torimorris.deviantart.com (lien brisé)

Equhyd1.jpg
shared - © Edoardo Terranova - Pinterest


Boulbes N. & van Asperen E.N. 2019 - Biostratigraphy and Palaeoecology of European Equus. - Frontiers in Ecology and Evolution, 7 (article 301). - [ONLINE https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fevo.2019.00301/full]
Lira-Garrido J. & al. 2019 - Absence of Equus hydrundinus in the Iberia Bronze Age faunal assemblage : the mithochondrial DNA evidence from the Mirador Cave (Atapuerca, Spain). - Poster, XVIIIe congrès mondial UISPP, Paris.
Nores C. & al. 2015 - The Iberian zebro : what kind of a beast was it ? - Anthoropozoologica, 50 (1). - PDF LINK


[1] - Le Zèbre ibérique : de quel animal s'agit-il ? - Le mot zebro, outre son utilisation classique pour les Zèbres vivant en Afrique, a été employé par les Espagnols et les Portugais pour désigner un équidé local habitant la péninsule ibérique. Ce mot est employé aux côté d'autres animaux de la faune ibérique dans plusieurs traités de chasse espagnols du Moyen-Âge et de la Renaissance. Dans un de ces ouvrages il est décrit comme "un animal ressemblant à une jument, de couleur gris avec une bande noire courant le long de l'échine et une museau sombre" (notons que cette description rapproche alors cet animal mythique de l'Âne d'Asie que nous avons illustré en encart plus haut). Si la question reste discutée, certains auteurs pense que nous avons à faire ici aux derniers Hydrontins. Par ailleurs si on se fie à Lira-Garrido & al. (2018), les rares mentions rapportées par l'étude des fossiles en Espagne au cours de l'Holocène ne correspondraient pas à l'Hydrontin. - [Voir Institut Virtuel de Cryptozoologie ainsi que Nores & al. 2015]
[2] - Des résultats plus récents déplacent franchement la date vers 600.000 BP à partir de fossiles trouvés en Espagne (Boulbes & van Asperen 2019). La mention de l'Hérault reste la plus ancienne pour la France.
[3] - Selon le récent article de Boulbes & van Asperen (2019), l'Âne européen était adapté à des conditions semi-arides et steppiques, montrant une préférence pour les climats tempérés, mais pouvant tolérer de manière limité de situations plus froides. On lui attribue aussi des conditions méditerranéennes sèches, en paysages ouverts ou non (adaptation secondaire possible aux paysages plus fermés). La morphologie du crâne et du museau indique des adaptations au froid.