[12 au 14 i 2020] – Eruption du volcan Taal aux Philippines

Une série d’une dizaine de séismes a précédé l’éruption du volcan Taal le 12 janvier 2020 qui s’est soldée par une colonne de cendres de près de 15 km de hauteur. Le principal aéroport de Manille situé à une cinquantaine de kilomètres a été fermé. Les cendres se déposent jusque sur la capitale.

Le 13 janvier 2020, l’éruption est devenue plus magmatique avec des fontaines de lave jaillissant du cratère principal.

De nouvelles fissures constatées le 14 janvier 2020 au niveau du volcan laissent craindre une prochaine éruption explosive. Ce sont 57.000 personnes qui ont été évacuées.

Ce volcan est un des plus actifs des Philippines et a été la cause de dizaines d’éruptions au cours des derniers siècles dont plusieurs ont été fatales pour les populations.

Eruption du 12 janvier 2020
shared – Licence : DR – Notre Planète Info

2019, deuxième année la plus chaude de l’ère instrumentale

Les premiers résultats, notamment issus des analyses satellites montrent que l’année 2019 est la deuxième année la plus chaude globalement. L’excès thermique est d’environ +0,57°C au dessus de la moyenne de la période 1981-2010 (+1,18°C par rapport à 1850-1900). Le record reste détenu par l’année 2016 avec +0,59°C. C’était une année marquée par un épisode El Niño extrême. On trouve dans le top dix dans l’ordre d’excès thermique du plus faible au plus fort : 2013, 2014, 2005, 1998, 2010, 2018, 2015, 2017, 2019 et 2016. Dans cette série l’année 1998 fait office d’intruse et seul 2005 n’entre pas dans la récente décennie ! Nous allons sans aucun doute conclure la décennie la plus chaude jamais enregistrée.

En parallèle les océans battent le record thermique absolu cette année 2019. Quand on envisage un effet tampon de l’hydrosphère sur les températures globales, il semble qu’une rupture soit à craindre et des effets d’amplification à envisager. On peut s’inquiéter aussi de changements de régime et fonctionnement des courants océaniques. Les cinq dernières années au cours de la décennie sont les plus chaudes jamais enregistrées à ce sujet.

[13 au 16 i 2020] – La tempête Brendan, de l’Ecosse au Morbihan

Prévisions

Le fort de cette tempête, aussi appelée Gerlinde selon le système allemand, entamée le lundi 13 janvier 2020 aura lieu mardi avec des pointes à près de 200 km/h sur les montagnes écossaises, 170 km/h en Irlande, 110 km/h dans la région de Londres et à peu près autant à travers la Bretagne. L’Irlande semble pouvoir être concernée par plusieurs jours de tempête et celle-ci pourrait ne cesser que vers jeudi.

Ce sont des vagues de plus de 15-18 m de hauteur (un immeuble de 6 étages !) qui sont prévues à l’ouest de l’Irlande. C’est une dépression digne d’un cyclone car elle est creusée à 934 hPa.

On prévoit en Bretagne des précipitations de l’ordre de 100 mm au maximum.

Observations

La tempête a duré jusqu’à deux jours en divers points de la Bretagne et des îles Britanniques. Une pointe à 194 km/h a été relevée en Ecosse dans les Cairngorms, 152 km/h sur les côtes en Angleterre à Great Dunsell et jusquà 120 km/h dans les terres. Des vagues de 12 à 16 m ont déferlé sur les côtes irlandaises ou de Cornouaille. Par contre les cumuls de pluie n’ont pas dépassé les 40 mm en général dans les îles Britanniques.

On a enregistré jusqu’à 55 mm de pluie dans le Morbihan à Plouay. Vent jusqu’à 130 km/h à Brignogan dans le Finistère et 128 km/h à la Pointe du Raz. Plus de 100 km/h à l’intérieur des terres. Ce sont des vagues de 12 m qui ont été signalées à Belle Île et 13 m au large du Finistère.