2019, deuxième année la plus chaude de l’ère instrumentale

Les premiers résultats, notamment issus des analyses satellites montrent que l’année 2019 est la deuxième année la plus chaude globalement. L’excès thermique est d’environ +0,57°C au dessus de la moyenne de la période 1981-2010 (+1,18°C par rapport à 1850-1900). Le record reste détenu par l’année 2016 avec +0,59°C. C’était une année marquée par un épisode El Niño extrême. On trouve dans le top dix dans l’ordre d’excès thermique du plus faible au plus fort : 2013, 2014, 2005, 1998, 2010, 2018, 2015, 2017, 2019 et 2016. Dans cette série l’année 1998 fait office d’intruse et seul 2005 n’entre pas dans la récente décennie ! Nous allons sans aucun doute conclure la décennie la plus chaude jamais enregistrée.

En parallèle les océans battent le record thermique absolu cette année 2019. Quand on envisage un effet tampon de l’hydrosphère sur les températures globales, il semble qu’une rupture soit à craindre et des effets d’amplification à envisager. On peut s’inquiéter aussi de changements de régime et fonctionnement des courants océaniques. Les cinq dernières années au cours de la décennie sont les plus chaudes jamais enregistrées à ce sujet.

C’est aussi l’année la plus chaude jamais enregistrée en Europe

Les avis divergent : selon ce serait la deuxième année la plus chaude après, accrochons nous, 2018, sinon la plus chaude jamais enregistrée.

Des événements significatifs ont été enregistrés en 2019

Voir cette carte du monde (en anglais)

5 au 9 xii 2019 – Sitôt Né, sitôt éteint : Ambali le cyclone « atomique »

Ambali, s’emballe et apparaît comme un cyclone « atomique » : il a pris une ampleur exceptionnelle en pas même 24h. Découvert le 3 décembre 2019, il est baptisé le 5 et classé en cyclone tropical le 6 décembre. Il est passé de l’état de tempête modérée à l’état de cyclone très intense en moins de 24 h ; il gagne 185 km/h. C’est un – second après le cyclone Patricia – record d’intensification. A contrario il devrait dégonfler très rapidement : c’est fait ! Dans un temps record, il est devenu un cyclone de catégorie 5 avec des vents montant jusqu’à 251 km/h. C’est le plus fort cyclone [?] depuis Fantala en 2016. Il s’est déjà éteint en plein océan.

Quatre systèmes dépressionnaires dont 3 cyclones avérés dans l’Océan Indien le 7 décembre 2019 – Un cinquième système semble en formation tout en haut de l’image.

On parle étrangement peu du cyclone Pawan qui menace la Corne de l’Afrique.