Archives de catégorie : Tempêtes

26 xi 2019 – Ligne orageuse et vents forts sur les côtes

L’ex cyclone Sébastien a atteint les côtes françaises le 26 novembre 2019. Il vient de loin puisqu’il s’est formé et a été actif dans les Caraïbes.

Lors du passage de l’objet sur la façade Atlantique, une ligne orageuse spectaculaire s’est formée entre les niveaux de Nantes et de Bordeaux et a pénétré (peu) dans le terres. Elle est accompagnée de rafales passant les 100 km/h. On a enregistré 132 km/h à Arcachon, 118 km/h en Aunis, 106 km/h à l’île de Ré. Les pointes de vent les plus fortes sont enregistrées le mardi 26. Mercredi le vent faible, mais force sur la Manche : 105 km/h à Barfleur par exemple.

Il s’agit d’une tempête relativement normale pour la saison, néanmoins teintées par des phénomènes électriques orageux assez notables sur la façade Atlantique.

shared – © Maximilien Naudin – Orage dans le Vienne à Berrie – Meteo Paris

22 et 23 xi 2019 – Episode cévenol puis méditerranéen

I. D’importantes précipitations vendredi 22 au dimanche 24 novembre 2019 dans le Sud-Est de la France

Annonce de précipitations importantes, épisode méditerranéen, dans le Sud-Est de la France et en Vallée du Rhône, avec risque d’inondations du (jeudi 21) vendredi 22 au samedi 23 novembre 2019. Des cumuls de pluie supérieurs à 200, voire 270 mm dans les Cévennes et 150 mm sur la Côte d’Azur. Ceci corresponds à un mois et demi de précipitations cumulées en quelques heures. Les risques de crue et d’inondation sont donc importants. Des rafales jusqu’à 90 km/h concerneront les côtes. Neige en montagne dans le sud des Alpes (30 à 60 cm)… Ceci s’ajoute à des sols gorgés d’eau avec des pluies excédentaires en octobre et début novembre.

II. Vigilance rouge dans le Var et les Alpes-Maritimes…

L’Ardèche, la Lozère, le Gard et le Var… d’abord en vigilance orange pour précipitations fortes et risque d’inondation en raison d’un épisode méditerranéen entamé vendredi après-midi (voir plus bas). Finalement la vigilance rouge a été adoptée pour le Var et les Alpes-Maritimes ! C’est la dépression Luis dans sa partie méridionale qui agit.

Des centaines de personnes sont évacuées préventivement. L’Ardèche et l’Eyrieux sont en forte crue. Le Rhône monte aussi. Palavas les Flots est inondé. L’Argens dans le Var est en crue majeure, il est monté de plus de 5 m ; la Siagne est au maximum et déborde. Divers éboulements viennent bloquer les routes et se déroulent depuis quelques jours. Des cumuls de 266 mm de précipitation en 24 h ont été enregistrés dans le Var. Les sirènes ont été actionnées dans la ville de Nice afin d’avertir les personnes du danger de la situation.

La situation ne va s’apaiser totalement que vers dimanche midi, mais des accalmies se feront sentir dès la matinée.

Les premiers bilans tombent : 350 mm dans le Tanneron, 300 mm de précipitations aux Adrets de l’Estérel dans le Var, 280 mm à Coursegoules dans les Alpes-Maritimes… soit jusqu’à 3 mois de pluie en 36h. Six morts… Glissements de terrain spectaculaires et des vagues de 5 m au large du Lavandou. Le vent a soufflé à 205 km/h au-dessus des Ménuires en Savoie ; tempête de neige, avec 120 cm déposées dans le Mercantour. L’Italie voisine a été aussi concernée.

shared – © Vallontourisme – Vallon Pont d’Arc sur l’Ardèche – Tweeter
shared – Capture Tweeter – Depuis meteo-paris
shared – © Laurent Martinat – Nice Matin

III. Foehn en tempête sur la Suisse dans la nuit du 22 au 23 novembre 2019

Le vent a soufflé jusqu’à 191 km/h dans l’est de la Suisse, ailleurs il a atteint allègrement les 140 km. Des montées de température jusqu’à 17°C ont été enregistrées. Cette tempête a aussi touché la Haute-Savoie, avec à Chamonix des arbres bloquant le train du Montenvers.

11 ix 2019 – Médicane detleft

Mise en forme du médicane Detlef au nord de l’Algérie le 11 novembre 2019

Evénement rare, un « mediterranean hurrican » se met en place au nord de l’Algérie autour de la dépression Deflet qui vient de passer la France. Il s’agit d’un cyclone subtropical localisé en Méditerranée. Vents violents et pluies intenses seront concernés dans une ambiance orageuse. C’est surtout la zone entre l’Algérie et l’Italie qui seront concernées et en particulier la Sardaigne ou la Sicile ; de fait il s’est désagrégé une première fois en touchant l’Algérie et s’est régénéré à l’est de la Sardaigne. Il devrait perdre de sa puissance dès mercredi et se dissoudre sur Naples.

3 xi 2019 – Tempête Amélie

Dimanche 3 novembre 2019 – Tempête Amélie

La première tempête automnale de l’année est Amélie selon le nom donné par Météo France. Elle est précédée par la dépression Zed qui touchera dès samedi le secteur de la Manche et accompagne Arne tête de pont de Benedikt. On attends avec cette premières tempêtes des dégats au niveau des arbres qui ne sont pas encore « purgés » de leurs fragilités : chutes de branches, végétation fragilisée par les épisodes de sécheresse de l’été, port encore important des feuilles offrant plus de prise au vent.

La dépression est née le jeudi 1er novembre 2019 sur l’Atlantique Nord au large du Québec et a traversé l’Atlantique très rapidement sous l’impulsion de jet-steam de près de 300 km/h situé à haut altitude. Ainsi elle est parvenue sur nos côte de manière précipitée.

15 départements de la façade Atlantique depuis les Pyrénées à la Vendée et vers l’intérieur des terres jusqu’au Limousin et l’Auvergne sont placés en vigilence orange pour vent violent. Les Deux-Sèvres sont concernées avec des rafales annoncées de 90 à 110 km/h. Les Alpes-Maritimes et la Corse sont de façon découplée – ou associés selon les sources – placés au même niveau pour de fortes pluies et des risques d’inondation (ce sont 120 mm de pluie qui ont été enregistrées localement en Corse). Les rafales attendues pourraient atteindre les 140 km/h sur le littoral et 120 km/h dans les terres, notamment sur les reliefs du Massif Central. Des phénomènes orageux pourraient survenir accompagnés de précipitations de l’ordre de 50 mm maximum sur les piémonts des Montagnes Noires. Des vents locaux sur les caps et le hauteurs sont envisagés en Corse vers 110 km/h. Enfin le couloir rhodanien devrait être touché. Des chutes de neiges importantes sont attendues, en particulier au dessus de 2200 m dans les massifs.

Les crues des deux rivières de Sèvre associés aux marées hautes (coef 51, relativement faible niveau) le dimanche matin vers 8h25 sont susceptible de provoquer des inondations par les vagues et des submersions du littoral. La vigilence orange est maintenue longtemps en Charente-Maritime en raison des risques de crues et inondation. Aussi ce département reste concerné par cette alerte encore tard dimanche soir. Ainsi la Boutonne dans son secteur amont pourrait être à son maximum, lundi vers 10h et menacer des localités comme celle de St Jean-d’Angély.

Comme on le voit sur cette carte de prévision de Tameteo ce sont de fortes pluies qui toucheront l’Océan Atlantique ainsi que des chutes de neiges sur les Alpes, ainsi que dans une moindre mesure les Pyrénées, le tout accompagné de forts vents par la façade Atlantique.

Les côtes de la Manche sont touchées en premier ainsi que le Nord du pays au cap Griz-nez avec des vents de l’ordre de 120 km/h dès samedi 2 novembre 2019 au matin. Néanmoins ce n’est que vers 1h du matin, le dimanche que les coups de vents se font sentir avec une pointe à 146 km/h sur Belle-Île (record pour un mois de novembre sur ce site). La pression est de 973 hPa en Mer d’Iroise. A 3 h du matin, un front pluvieux pénètre les terres en Bretagne et sur les côtes Atlantique. Les vents restent sous 95 km/h, avec en Vendée un rafale de 124 km/h sir l’Île de Ré. Des orages éclatent vers 4 h du matin depuis le Bassin d’Arcachon jusqu’à la Charente-Maritime. Le Cap Ferret à l’entre du Bassin d’Arcachon enregistre une rafale record pour un mois de novembre de 149 km/h. C’est vers 5h que les vents tempétueux gagnent l’Aquitaine et la Gascogne avec une pointe à 107 km/h à Biarritz. Des pluies marquées sont bien entrées dans les terres. C’est 163 km/h (record battu)qui sont enregitrés au Cap Ferret à l’entrée du Bassin d’Arcachon vers 6h. Des vagues sont estimées à 8 m de hauteur. Des coupures d’électricités s’en suivent ainsi 75000 foyers en sont privés dès 7h dans depuis la Gascogne au département de la Dordogne, à 8h30 ce sont 110.000 foyers qui sont concernés et ce sera le chiffre de 140.000 qui sera impacté. Vers la même heure, la ville de Bordeau subit des vents très forts. L’ancien record mensuel pour cette ville de 112 km/h datant du 27 novembre 1983 est battu avec 120 km/h. La dépression bien enroulée entre dans les terres (image satellite de 6h45 et enroulement diffus la la France jusque vers 11h). Peu avant 9h on enregistre une pointe à 142 km/h sur l’Île de Ré.

Dès 10h le phénomène désenfle en Vendée qui n’est plus placée en vigilance orange. La tempête semble passée par ailleurs sur l’essentiel du littoral du sud-ouest. Une seconde vague venteuse touche toutefois alors le Poitou et notamment Niort.

Ce sont 5 blessés qui sont décomptés suite à des chutes de branche dans le Morbihan et les Pyrénées-Atlantiques. Bien que non concernées par la vigilence orange, les Bouches-du-Rhône ont été touchés notamment à Marignane suite à des fortes pluies survenues à la charnière entre samedi et dimanche. En Charente-Maritimes des routes secondaires ont été inondées. venteuse touche toutefois alors le Poitou et notamment Niort.

Dès 12h et dans l’après-midi la tempête se déplace dans le Massif Central qui seul, reste en vigilence orange, et sera en fin de journée dans le Jura et en Suisse, mais de manière atténuée (rafales à 70 km/h, voire 100 km/h sur les sommets).
Ce lundi 4 novembre 2019 au matin, les résidus nuageux d’Amélie se trouvcent sur l’Allemagne et le centre de l’Europe ainsi que les Balkans. D’importantes chutes de neiges concernent les Alpes, mais assez haut en altitude et on constatera un retour de pluies abondantes en particulier dans le Sud-Ouest de la France suite à l’arrivée de la dépression suivante (Benedikt).

Le nœud de la tempête parvenue vers 3h du matin sur les côtes de Vendée et de Loire-Atlantique, il est déjà vers 13h dans le sud du Massif Central et en Corse vers 17h. Sur cette île des vents de 150 km/h ont été enregistrés.

shared – © Damien Meyer (AFP) – Depuis le site de Paris Match
shared – © Thierry Christophe – Coup de foudre dans la nuit à Nice – Depuis le site de Nice matin

Amélie de passage à Niort

Samedi il a plus régulièrement à peu près toute la journée à raison 0,5 à 1,5 mm par heure. Les premières précipitations massives liées à l’arrivée d’Amélie suiviennent à la charnière entre le samedi et le dimanche alors que les vents montent à une moyenne de 36 km/h (d’abord vent du sud). A 11 h du matin, dimanche, la moyenne est similaire (vent d’ouest) et n’a approché les 40 km/h que vers 4h du matin alors que des rafales de 86 km/h sont enregistrées. On note vers 11h encore des rafales à 72 km/h alors que la pression atmosphérique qui n’avait pas cessé de chuté et était descendue jusque vers 977 hPa à 8h, remontent dès lors. Les températures optimales de 13,0°C vers 3h du matin fléchissent à 10,8°C à 4h du matin, pic du phénomène comme nous l’avons déjà vu et se maintiennent entre 10,8 et 12,0°C depuis avec quelques oscillations. Avec une éclaircie vers le milieu de journée, puis retour de quelques nuages, le vente baisse significativement dès lors. La tempête est passée… On a noté en pointe des rafales à 97 km/h dans les Deux-Sèvres à Scillé et de 86 km/h au à Niort. Ce sont encore 89 km/h qui concernent le département de la Vienne à Chapelle-Montreuil. On a constaté un second épisode de vent dans le secteur avec une reprise des rafales vers 10-12h, alors des pointes de 82 km/h ont été enregistrées à Montmorillon. A part quelques arbres tombés, et quelques routes localement inondées dans la Vienne, il y a eu peu de dégats. La situation est similaire à ce niveau pour les Deux-Sèvres où on a noté encore des tuiles arrachées ou des caves inondées. Le Poitou a relativement été épargné au niveau des coupures d’électricité et sinon quelques microcoupures, il ne s’est rien passé.

Amélie ailleurs en Europe

D’importants dégâts ont été aussi enregistrés en Espagne et en Italie. En Espagne orientale ainsi qu’aux Baléares des vents de plus 100 km/h ont été enregistrés et le plus grave est qu’il y a eu plusieurs morts. En Italie ce sont plutôt les inondations liées aux fortes pluies qui sont soulignés.

1er xi 2019 – Tempête majeure au Québec

Les chiffres sont impressionants, de nombreux foyers ont été privés d’électricité (près d’un million). Malgré cela la situation est moins grave que lors du Verglas de 1998 qui avait affecté 1,5 millions de domiciles. Toutefois le bilan est lourd et le coût lié au rétablissement du courrant électrique sur la Province est de l’ordre de 20 millions de dolards.

Les dégâts sont toutefois particulièrement importants et c’est du jamais vu depuis 1998 !

Des vents ont souflé pendant plusieurs heures avec des rafales de 113 km/h à St Hubert, 106 km/h à Montréal, 91 km/h à Quebec… les premiers signes sont lisibles dès jeudi 31 octobre 2019 vers 15h : la neige débute en Abitibi alors qu’ailleurs ce sont d’importantes chutes de pluies qui arrivent. On a des rafales passant les 70 km/h au petit matin du vendredi au petit matin, vers 5h30, les pluies cessent alors graduellement. On enresgistre un nombre important de pannes d’électricités. On a alors enregistré près de 70 mm de précipitations à Montréal et des inondations sont signalées vers Sherbrooke en Estrie et en Beauce au sud-ouest de la Province : les rivières sont au plus haut.

shared – © Didier Debusschère – Inondations vers Sherbrooke – Le Journal de Québec
shared – © Jean-François Racine – Crue de la Chaudière, un affluent du St Laurent en Beauce – Météo Paris

Toutefois malgré des pluies importantes ce sont les vents qui sont préoccupants dans la matinée. Ils ont soufflé en rafale à 113 km/h à St Hubert au sud de Montréal. On déplore au moins une victime de la tempête… Les pannes d’électricité sont en augmentation. A 13 h, ce sont 900.000 abonnées qui sont privés de courant. La situation se calme en fin d’après-midi.

Si ce sont des valeurs de vents qui paraîtrons rélativement limitées, il faut noter que le Québec n’est pas du tout préparé à ce type de situation qui est particulièrement rare. En effet la végétation, généralement purgée par les vents les plus forts, se trouve dans de telles conditions particulièrement affectée et les chutes de branches ou d’arbres seront particulièrement nombreuses. Par ailleurs les infrastructures humaines ne sont pas toujours bien adaptées à des vents qui dans un pays donné n’existent pas ou sont très rares. Les dégats matériels sont en conséquence remarquables. Au Québec de tels événements sont si rares qu’ils ne sont pas nommés comme les tempêtes en Europe par une série de noms chaque année, ou, comme par ailleurs les cyclones : il s’agit simplement de la tempête du 1er novembre 2019, faisant date dans l’histoired de la météorologie locale.