Hivers d’une douceur record, la part de la dépollution en cause

L’hiver 2019-2020 s’annonce comme un exemple record de douceur en France, mais si les gaz à effet de serre sont en cause certainement, on ne prends pas clairement en compte la part de la dépollution.

Le 3 février 2020 un record historique de 26,6°C a été enregistré à Biarritz.

En effet la diminution de la quantité d’aérosols liés aux efforts de réduction de la pollution atmosphérique génère une augmentation des températures. En réfléchissant le rayonnement solaire, les particules d’aérosols contribuent à une baisse des températures. Aussi est-il logique qu’une baisse de leur quantité dans le cadre de la dépollution se traduit par une baisse de la baisse des températures : vous suivez : çà se réchauffe. Le réchauffement local se traduit par un blocage du courant-jet en provenance de l’Arctique empêchant les venues épisodiques d’air froid… plus chaud encore alors.

Commentaires fermés.