L’Australie est en proie des flammes : un point au 7 janvier 2020

Les feux de brousse sont en général normaux en Australie à partir du mois de septembre, mais cette saison 2019-2020 ils sont exceptionnels. Ils entrent dans un contexte où depuis plus de vingt ans des records de chaleurs s’accumulent dans le pays et ce sont cette saison encore de nouveaux records absolus qui sont dépassés. Nous indiquions dès le 10 décembre l’ampleur du phénomène sur ce site avec la ville de Sydney au bord de l’asphyxie liés aux différents feu qui environnaient la ville.

Les incendies ont déjà fait une vingtaine de morts et ce sont plus de 100.000 personnes qui ont été déplacés. La surface de près de 2 fois la Belgique est partie en fumée. Les températures qui accompagnent les événements sont suffocantes et on a même enregistré 49°C à Sydney.

On estime que près de 500.000 animaux sauvages tels que des Koalas ou des Kangourous et le bilan n’est que pour le secteur de la Nouvelle Galles du Sud devrait être considérablement plus élevé. On envisage qu’il faudra près de 40 ans pour que les effectifs soient rétablis.

La fumée des incendies forment des pyrocumulus, nuages spécifiques d’une telle situation, provoquant des orages qualifiés de dantesques.

Les pyrocumulus qui se forment deviennent sources de tempêtes et d’éclairs qui peuvent favoriser l’auto-entretien des incendies et des hausses de températures : ainsi à Cabramurra le 4 janvier 2020 ce sont des rafales de 130 km/h qui ont accompagné un pic de température de 69,8°C (sic !).

Les poussières se sont déplacées sur de grandes distances. Ainsi les glaciers de Nouvelle Zélande sont couverts d’une pulvérulence orange-caramel. L’odeur âcre de brûlé est perceptible jusqu’à Christchurch pourtant située à l’est de l’île, des nuages se propagent après avoir traversé l’océan jusqu’à Auckland. On considère que des traces de fumées sont parvenues jusqu’en Amérique du Sud, notamment au Chili.

Les panaches de fumée depuis la côte sud-est de l’Australie vus depuis les satellites – Source : Himawari-8.

Si l’Australie est fortement touchée cette saison d’été austral 2019-2020, il ne faut pas perdre de vue les nombreux incendies qui ont concerné l’Amazonie et l’Afrique équatoriale… par exemple. Un bilan global devrait rendre compte d’une situation inédite pour la planète.

Commentaires fermés.