Névroptères

Névroptères en Poitou-Charentes & Vendée

Ascalaphes en Poitou-Charentes & Vendée
Fourmilions en Poitou-Charentes & Vendée


Espèces indiqués, notamment en Indre-et-Loire ou Maine-et-Loire, voire d'autres départements limitrophes, qui sont à rechercher en Poitou-Charentes : Chrysopa abbreviata Curtis, 1834, Chrysoperla agilis Henry, Brroks, Dueli & Johnson, 2003, Chrysoperla mediterranea (Hözel, 1972), Coniopteryx arcuata Kis, 1965, Coniopteryx haematica McLachlan, 1868, Coniopteryx lentiae Aspöck & Aspöck, 1964, Coniopteryx pygmaea Enderlein, 1906, Conwentzia pineticola Enderlein, 1905, Cunctochrysa albolienata (Killington, 1935), Hemerobius gilvus Stein, 1863, Hemerobius marginatus Stephens, 1836, Hemerobius nitudulus Fabricius, 1777, Micromus angulatus (Stephens, 1836), Nineta vittata (Wesmael, 1841), Parasemidalis fuscipennis (Reuter, 1894), Psectra diptera (Burmeister, 1839), Pseudomalada picteti (McLachlan, 1880), Semidalis pseudouncinata Meinander, 1963, Sisura bureschi Rauch & Weißmair, 2007, Sympherobius fuscescens (Wallengren, 1863), Sympherobius klapaleki Zelený, 1863, Sympherobius pygmaeus (Rambur, 1842), Wesmaellus nervosus (Fabricius, 1793).


Chysopa dorsalis Burmeister, 1839
Toute l'Europe. Présente dans le Midi et remontant jusque dans la Drôme, elle est aussi en Alsace et dans la région Parisienne. Sa présence est aussi signalée en Poitou-Charentes (Charente-Maritime et Deux-Sèvres ; Lacroix notamment) ainsi qu'un peu plus au nord (Maine-et-Loire, Indre-et-Loire). Caractéristique des Conifères. Vole de juin à septembre.
Chrysopa formosa Brauer, 1851
Europe centrale et méridionales. Espèce du Midi et du Sud-Est de la France, elle remonte jusqu'en Saône-et-Loire. Elle par ailleurs indiquée dans le Lot-et-Garonne et en Poitou-Charentes - à actualiser, mais données récentes en Charente-Maritime -, ainsi qu'en Vendée. Elle ne manque pour la région que dans la Vienne. On la trouve aussi dans le Maine-et-Loire plus au nord. Dans les mêmes habitats que C.walkeri au point qu'on peut parle d'un phénomène de protocoopération (Séméria & Berland 1988).Vole de mai à septembre.
Chrysopa pallens Rambur, 1838 - Chrysope des haies
Toute l'Europe. Espèce à tendances méridionales, régulièrement présente dans la moitié sud du pays, Corse comprise. Elle remonte jusque dans le Bassin Parisien et le Nord-Est. Dans la région elle manque en Charente et dans la Vienne, présente en Vendée. Les données sont à actualiser ici, mentions récentes en Charente-Maritime. Commune, parfois en grand nombre sur les arbres fruitiers, les feuillus et les haies. Vole de mai à octobre, bivoltine.
Chrysopa perla (Linnaeus, 1758) - Lion des Pucerons
Toute l'Europe. Répandue sur l'ensemble de la France, Corse comprise. Ensemble de la dition. A actualser dans les Deux-Sèvres et la Vienne. Commune dans certains biotopes frais et humides. Vole d'avril à septembre.

Chrysopa phyllochroma
Wemael, 1841
Confusions possibles avec Chrysopa formosa. Dans toute l'Europe, mais localisée. Dispersée dans l'Ouest et le Nord de la France, ainsi que dans le Bassin Parisien. Elle est indiquée en Charente-Maritime et dans la Vienne. Séméria & Berland (1988) ajoutent la Charente. Vole de mai à septembre.
chrphy
Source - © Photo : J.Gepp in Séméria & Berland (1988)

Chrysopa viridana Schneider, 1845
Sud de l'Europe. Tendances méridionales, présente en Corse. Remonte de manière régulière jusqu'en Bretagne par l'Ouest, le Doubs par l'Est. Elle est éparse ailleurs. Dans la dition, elle manque en Charente et dans la Vienne, à actualiser en Charente-Maritime et dans les Deux-Sèvres. Jamais abondante, mais bien représentée dans les milieux ouverts et bien ensoleillés, Chênaies. Vole de juin à septembre.
Chrysopa walkeri McLachlan, 1893 - Chrysope de Walker
Largement répandue en Europe. Bien repartie dans le Sud-Ouest, plus éparse dans le Midi. Remonte jusqu'à la Loire et dans le Bassin Parisien, ainsi que jusqu'en Bourgogne. Manque en Corse. En Poitou-Charentes, elle est dans le Deux-Sèvres et à actualiser pour la Charente-Maritime. Xérophile, elle recherche les Genêts d'Espagne, la Valériane rouge et les arbres fruitiers. Vole de mai à septembre.
Chrysoperla carnea (Stephens, 1836)
Se trouve sur l'essentiel de la moitié nord de la France, elle est aussi en Provence, en Corse et sur la façade Atlantique. Elle est connue en Charente-Maritime. Vole toute l'année, hiverne à l'éta adulte.
Chrysoperla lucacina (Lacroix, 1912)
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Essentiel de la France, Corse comprise, mais lacunaire dans le Nord-Est et le Bassin Parisien. Elle est sur toute la dition, sauf la Vienne. A actualiser pour la Charente-Maritime et les Deux-Sèvres.
Chrysoperla renoni (Lacroix, 1933)
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Quelques mentions éparses en France : Loire-Atlantique, Loiret, Seine-et-Marne. A actualiser pour les Deux-Sèvres.
Chrysotropia ciliata (Wesmael, 1841)
Toute l'Europe. Bretagne, Normandie, Nord-Est et éparse ailleurs sur l'essentiel de la France. Manque en Corse. Sur la dition elle n'est indiquée que dans les Deux-Sèvres (Lacroix 1911), à actualiser. Vole d'avril à septembre.
Conioteryx borealis Tjeder, 1930
De la France et l'Angleterre à la Scandinavie par l'Europe centrale. Eparse en France, quelques mentions çà et là. Elle est anciennement signalée dans les Deux-Sèvres. Arbres caducifoliés. Vole de mai à août.
Coniopteryx esbenpeterseni Tjeder, 1930
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Eparse en France, plus régulière dans le sud du Massif Centrale, elle est donnée çà et là par ailleurs. Anciennement signalée des Deux-Sèvres.
Coniopteryx tineiformis Curtis, 1834
Espagne, France. Peu commune. Çà et là en France : Alpes-Maritimes, Alpes-de-Haute-Provence, Haut-Rhin, Côte-d'Ore, Seine-et-Marne, Maine-et-Loire. Anciennement citée des Deux-Sèvres. Larves sur les Chênes ou les Hêtres. Bivoltine, vole de mai à juillet puis de juillet à août.
Coniopteryx tjederi Kimmins, 1934
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Anciennes indications en France : Haute-Loire, Maine-et-Loire et Deux-Sèvres. A actualiser pour la région.
Conwentzia psociformis (Curtis, 1834)
Europe depuis l'Espagne aux îles Britanniques et la Scandinavie. Eparse en France, surtout dans l'Ouest, Corse comprise, depuis le Midi au Bassin parisien. Elle est en Charente-Maritime.Très commune sur ses habitats comprenant des Chênes, parfois des arbres fruitiers, du Houx ou même des Platanes en vile. Cette espèce chasse Phylloxera punctata. Vole de mai ) août.
Drepanepteryx phalaeonoides (Linnaeus, 1758)
Presque toute l'Europe, jusqu'en Russie. Eparse sur l'essentiel de la France, manque en Corse, dans le secteur méditerranéen et la Bretagne. Elle a été anciennement signalée en Vendée. N'est pas connue en Poitou-Charentes s.str. Arbres caducifoliés.
Hemerobius humulinus Linnaeus, 1758
Toute l'Europe, espèce commune. Elle est présente sur l'essentiel de la France, Corse comprise. Présente en Charente-Maritime, elle est à actualiser pour les Deux-Sèvres. Arbres caducifoliés et buissons, haies.
Hemerobius lutescens Fabricius, 1793 - Hémérobe jaunissant [2019]
Europe, espèce commune. Eparse en France, Corse comprise. Mentions souvent à actualiser. Elle est connue Charente-Maritime. Vole d'avril à octobre.
Hemerobius micans Olivier, 1792
Largement répandue en Europe. Semble présente sur l'essentiel de la France, Corse comprise, avec quelques tendances méridionales. Manque en Bretagne. Elle est en Vendée (à actualiser) et en Charente-Maritime. Chênes, Hêtres, Noisetiers ; préfère le régions montagneuses. Vole d'avril à octobre.
Hemerobius pini Stephens, 1836 - Hémérobe des Pins [2019]
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Elle dans l'Est de la France depuis les Alpes-Maritimes à la Moselle, dans le Gard, localement dans les Pyrénées, l'Auvergne et le Bassin Parisien. Anciennement signalée des Deux-Sèvres.
Hemerobius stigma Stephens, 1836
Toute l'Europe. Essentiellement dans l'Est de la France depuis la Provence à la Franche-Comte et la Côte-d'Or. Eparse ailleurs notamment dans les Pyrénées, l'Auvergne, la région Parisienne et ailleurs. Elle est connue en Charente-Maritime, à actualiser pour les Deux-Sèvres. Sur les Conifères, Pins notamment. Vole toute l'année, y compris en hiver. Multivoltine.
Hypochrysa elegans (Burmeister, 1839)
Essentiel de l'Europe. Assez régullièrement répartie sur une bonne part de la France, mais tends à manquer notamment dans le Sud-Ouest ou en Bourgogne. Absente de Corse. Mention ancienne dans les Deux-Sèvres, à actualiser.
Mantispa styriaca (Poda, 1761)
syn. : Mantispa pagana - Assez répandue en France, Corse compris, manquant en Bretagne, Normandie, Nord et Nord-Est. Elle est sur l'essentiel de la région, Vendée comprise, mais manque dans la Vienne et en Charente. Vole de juin à septembre.
Megalomus hirtus (Linnaeus, 1761)
Rares mentions en France : sur quelques départements du Sud, dans le Doubs, la Côte-d'Or. Anciennement signalée dans les Deux-Sèvres, à actualiser : ainsi dans la collection Lacroix de Niort, Pézenne selon Séméria & Berland (1988). Découverte au fauchoir dans les plantes herbacées. Vole de mai à août.
Micromus paganus (Linnaeus, 1767)
Eurasie, jusqu'au Japon. Quelques départements sont connus du nord au sud de la France, peu dans l'Ouest. Absente de Corse. Elle a été anciennement signalée dans les Deux-Sèvres. Boisements cadufoliés mélangés de buissons ; plutôt en montagne. Vole de mai à septembre ; bivoltine.
Micromus variegatus (Fabricius, 1793)
Toute l'Europe. Commune et assez répandue en France, étant plus lacunaire dans le Sud. Elle est présente en Corse. Indiquée anciennement dans les Deux-Sèvres : à actualiser. Probablement bivoltine, volant alors d'avril à juin et d'août à septembre.
Nineta flava (Scopoli, 1763)
Afrique du Nord, Europe jusqu'en Scandinavier. Assez répandue en France, sauf Corse. Elle manque notamment en Bretagne. De nombreuses mentions restent à actualiser dans le pays. Elle a été signalée sur la région, sauf dans la Vienne et en Charente. Tout est à actualiser. Vole de mai à octobre.
Nothochrysa capitata (Fabricius, 1793)
Répandue dans toute l'Europe. Plutôt dans l'Ouest de la France, elle est aussi dans les Pyrénées, la Normandie, le Bassin Parisien, les Vosges, le Jura, la Provence et la Corse. Elle est signalée dans la région en Charente-Maritime et à actualiser pour les Deux-Sèvres. Elle préfère les Conif!ères. Vole de juin à septembre.
Nothochrysa fulviceps (Stephens, 1836)
Rare et localisée, bien que répandue en Europe. Assez bien répandue dans l'Ouest et le Sud-Est de la France, ainsi que présente ailleurs. Elle est indiquée en Charente-Maritime et à actualiser pour les Deux-Sèvres. Vole de juin à septembre.
Osmylus fulvicephalus (Scopoli, 1763) - Hémérobe aquatique
Europe jusqu'au Caucase. Assez commune et répandue en France, Corse comprise. Elle manque seulement en Vendée dans la région et est à actualiser pour les Deux-Sèvres. Près des eaux. Vole de (avril) à août (septembre). Hiverne à l'état larvaire
Peyerdimhoffina gracilis (Schneider, 1851)
syn. : Tjederina gracilils - A peu près dans toute l'Europe. Dispersée depuis le Sud au Bassin Parisien, la Normandie et le Nord-Est. Elle est indiquée anciennement en Charente-Maritime : à actualiser. Surtout en altitude parmi les Résineux/
Pseudomalada flavifrons (Braeur, 1851)
Toute l'Europe. Sud et Ouest de la France, Corse comprise. Plus éparse ailleurs y compris dans le Nord-Est. Elle est sur l'essentiel de la région, mais manque dans la Vienne et en Charente. Connue en Charente-Maritime, elle est à actualiser ailleurs. Commune, ses biotopes sont variés ; arbres caducifoliés. Vole de mai à septembre.
Pseudomalada inornatus (Navás, 1901)
Nord-est de l'Espagne et France. Tendances méditerranéo-atlantiques, l'espèce monte toutefois en Normandie, dans la région Parisienne et dans le Nord-Est. Elle ne dépasse pas la Loire et la Drôme dans l'Est. Présente en Corse. En Poitou-Charentes elle est indiquée dans les Deux-Sèvres et en Charente-Maritime. Arbres caducifoliés dans des sites humides. Vole de mai à septembre.
Pseudomalada prasinus (Burmeister, 1839)
Initialement considérée comme une sous-espèce de Pseudomalada ventralis. Toute l'Europe. Ensemble des trois-quart sud de la France, Corse comprise. Elle remonte par l'Ouest jusqu'en Normandie. Arbres caducifoliés, mais ni dans les bois, ni les sous-bois. Vole d'avril à octobre.
Dans la région, elle ne manque qu'en Charente. A actualiser pour les Deux-Sèvres.
Pseudomalada ventralis (Curtis, 1834)
Assez répandue en France, sauf en Corse. Elle tends à manquer localement dans le Centre du pays notamment. Elle est connue en Charente-Maritime et à actualiser pour le Deux-Sèvres. Présente plutôt en montagne ; Saules, Eglantiers, jamais très abondante. Vole de mai à septembre.
Pseudomalada zelleri (Schneider, 1851)
Initialement considérée comme une sous-espèce de Pseudomalada ventralis. Toute l'Europe. Espèce méridionale, connue en outre en Corse qui remonte isolément dans les Deux-Sèvre et en Indre. Mentions souvent à actualiser. C'est utile en Poitou-Charentes. Habitas similaires mais plus secs que ceux de P.prasinus. Vole de mai à septembre.
Semidalis aleyrodiformis Stephens, 1836
syn. - Semidalis aleurrodiformis - Toute l'Europe. Plutôt dans l'Ouest, elle est éparse depuis le Sud au Bassin Parisien et au Nord-Est, Corse comprise. Souvent à actualiser. Mentions récentes en Charente-Maritime. Assez commune sur les Chênes ou dans les haies. S'attaque à Phylloxera, Bryobia et Chionaspis. Vole d'avril à septembre.
Sisyra dalii McLachlan, 1866
Espagne, France, Europe centrale et septentrionale, îles Britanniques. Eparse depuis le Sud au Nord-Est de la France et localement au Bassin Parisien. Manque en Corse. Elle est en Vendré, Deux-Sèvres et Charente-Maritime. A actualiser sur les deux premiers départements.
SIsyra nigra (Retzius, 1783)
Ne semble pas indiquée dans Séméria & Berland (1988). Surtout dans le Nord de la France elle est toutefois éparse au Sud, Corse comprise. Dans la région est elle connue dans la Vienne et en Charente-Maritime.
Sisyra teminalis Curtis, 1854
Espagne, France, Europe centrale et septentrionale, îles Britanniques. DIspersée du Nord au Sud de la France. Manque en Corse. Elle est connue en Charente-Maritime et à actualiser pour les Deux-Sèvres.
Sympherobius elegans (Stephens, 1836)
Connue en Provence sur les piemonts des Pyrénées, en Côte d'Or et en Seine-et-Marne. Elle est connue en Charente-Maritime et à actualiser pour les Deux-Sèvres. Précisée en Charente en août par Séméria & Berland (1988). Principalement sur les Hêtres. Vole de juin à octobre.
Wesmaellus subnebulosus (Stephens, 1836)
Eparse depuis la Provence et les Pyrénées à la Normandie et le Bassin Parisien, Corse comprise. Elle est indiquée en Charente-Maritime et à actualiser pour les Deux-Sèvres.


Séméria Y. & Berland L. 1988 - Atlas des Névroptères de France et d'Europe. - éd. Boubé, Paris. - PDF LINK

Fourmilions en Poitou-Charentes & Vendée

Myrmeleontidae Latreille, 1802

On connaît dans le Monde plus de 1500 espèces de Fourmilions. C'est la famille la plus riche des Névroptères, qui au total n'ont guère plus de 2100 espèces. On connaît en Europe une quarantaine d'espèces dont 22 sont connues en France, 10 en Poitou-Charentes & Vendée. Ce sont des Insectes spectaculaires ; ainsi chez certaines espèces tropicales les ailes postérieures, disproportionnées par rapport aux antérieures, peuvent atteindre jusqu'à 12 cm. Les larves de Fourmilions creuses des pièges en forme d'entonnoir où ils capturent, surtout, les Fourmis qu'ils consomment.
La cartographie donnée par Tillier & al. (2013) révèle l'absence de données dans les départements de l'Allier, l'Eure-et-Loire et la Mayenne.

Liste commentée des Fourmilions de la région


Elle est en premier lieu basée sur une compilation des informations données par Tillier & al. (2013). L'essentiel des espèces de Fourmilions connus en Poitou-Charentes se trouvent sur les départements de la Vendée et de la Charentes-Maritime (maximum 9 espèces).a Charente est concernée par moins de 4 espèces, dont plusieurs n'ont pas été vues récemment et ce ne sont pas plus de 2 Fourmilions qui sont indiqués dans les Deux-Sèvres et la Vienne.

Acanthaclisis occitana (de Villers, 1789) - Fourmilion occitan [2019]
Depuis l'Europe occidentale et l'Egypte au Moyen Orient et l'Asie centrale. Essentiellement méditerranéenne en France, Corse comprise, elle remonte jusqu'en Ardèche. Des populations isolées sont indiquées très ponctuellement jusque dans le Pas-de-Calais, en milieu dunaire. D'anciennes indications proviennent de Vendée, département où l'espèce a été retrouvée en 2019. Elle ne fait pas d'entonnoir.
mini_dscn5825.jp
©© bync - Renoult - Monde des Insectes

Creoleon lugdunensis (de Villers, 1789) - Fourmilion lyonnais [2019]
syn. - Creoleon plumbeum - Afrique du Nord, sud de l'Europe occidentale jusqu'en Croatie. Méditerranéo-Atlantique en France, elle est en Corse. Elle ne se trouve que sur les départements du littoral. Côté Atlantique elle remonte jusqu'en Loire-Atlantique et est ainsi présente en Charente-Maritime et Vendée dans la région. Séméria & Berland (1988) signalaient déjà cette espè!ce de Vendée et Charente-Maritime. Espèce typique des zones sableuses à végétation basse du littoral. La larve est réputée creuser un entonnoir, mais cela demanderait confirmation selon Séméria & Berland (1988).
fourmillion.jpg
©© bync - Basc - Monde des Insectes

Dendroleon pantherinus (Fabricius, 1787) - Fourmilion panthère [2019]
Cette espèce anciennement indiquée en Dordogne est à rechercher dans la région. Elle est aussi dans l'Indre et en Indre-et-Loire.

Distoleon tetragrammicus (Fabricius, 1798) - Fourmilion longicorne
(Afrique du Nord [?]), Europe, Moyen Orient jusqu'en Asie centrale. Deux-tiers sud de la France, Corse comprise. L'espèce remonte jusque dans le Morbihan, la région Parisienne et localement en Alsace. En Poitou-Charentes, c'est la seule espèce de Fourmilions connue sur l'ensemble des départements. Elle est tout à fait régulière dans les départements du littoral, plus rare à l'intérieur des terres. Le nombre de mentions reste toutefois modeste. Cette espèce ne fait pas de pièges entonnoir.
img_0047_2_.jpg
©© bync - Christian Ruillat - Monde des Insectes

Euroleon nostras
(Geoffroy in de Fourcroy, 1785) - Fourmilion parisien
Europe jusqu'au Caucase et ponctuellement en Asie centrale. Ensemble de la France, avec tendances méditerranéennes, en expansion. Anciennement indiquée en Corse. Elle est en Charente-Maritime, Charente et dans la Vienne ; inconnue dans les Deux-Sèvres. En Vendée elle est indiquée anciennement ; toutefois récemment observée à l'île de Ré. Plus fréquente côté littoral semble-t-il. C'est à cette espèce que correspondent les entonnoirs, les plus fréquents trouvés dans le nord de la France selon Séméria & Berland (1988).
640px-20170902Euroleon_nostras3
©© 0 [Public domain] - Wikimedia Commons - PIèges en entonnoir

Macronemurus appendiculatus (Latreille, 1807)
Afrique du Nord, localisée et lacunaire en Europe méridionale, Moyen Orient. Bien représentée en France côté méditerranéen, Corse comprise, remontant jusqu'en Aveyron, Ardèche et Drôme. Découverte dans la Loire en 2019 (P.Dubois). Sur la façade Atlantique les mentions connues des Landes à la Charente-Maritime sont anciennes : généralement à actualiser car l'espèce avait été indiquée assez souvent par le passée. C'est ainsi le cas en Charente-Maritime où on a des signalement réguliers dans la littérature entre 1912 et 1988.
p8190012_1.jpg
©© bync - Jules d'Oc - Monde des Insectes

Megistopus flavicornis (Rossi, 1790) - Fourmilion à antennes jaunes [2019]
Europe plutôt méridionale, Moyen Orient, jusqu'en Asie centrale. Tendances Méditerranéo-Atlantique en France, elle remonte jusque dans le Morbihan et jusqu'en Isère. Présente en Corse et en Haute-Garonne. On la trouve dans la région en Charente-Maritime et en Vendée où elle semble bien représentée. Lacroix selon Séméria & Berland (1988) l'indiquait déjà de Vendée. La larve creuserait un entonnoir selon Redtenbacher, mais celà demande confirmation.
img_7724
©© bync - Jérôme Picard - Monde des Insectes

Myrmeleon formicarius Linnaeus, 1767 - Fourmilion commun
Europe jusqu'en Ukraine et au Caucase, en expansion. Une population décalée serait au Japon. Présente sur l'essentiel de la France, de manière lacunaire (défaut de prospection et discrétion de l'espèce), anciennement en Corse. Peu commune côté méditerranéen. Elle est en Vendée ; Charente-Maritimes, indiquée anciennement (Lacroix 1915), de même qu'en Charente (Girard 1875).
fourmilion_2
©© bync - Lionet Casset - Monde des Insectes

9564014813_29d3294c49_c
©© bysa - Gilles San Martin - Flickr

Myrmeleon inconspicuus Rambur, 1842
Afrique du Nord, Europe, Moyen Orient jusqu'en Asie centrale. Méditerranéeo-Atlantique en France, présente en Corse. Remonte jusqu'en Loire-Atlantique et dans les Hautes-Alpes, à actualiser pour la Drôme. De plus isolée en Seine-et-Marne, notamment à Fontainebleau. Espèce en expansion. Elle est connue en Vendée et Charente-Maritime où elle semble bien présente. Elle fait des entonnoirs dans des endroits abrités des arrières plages ou dans les dunes.
myrmeleon_incons6
©© bync - Vincent Derreumaux - Monde des Insectes

Neuroleon nemausiensis (Borkhausen, 1791)
Afrique du Nord, Europe méridionale avec des lacunes, jusqu'en Turquie et en Ukraine. Elle est en France méditerranéenne, Corse comprise, remontant jusqu'en Aveyron et dans la Drôme. Une ancienne station est connue en Vendée, seul témoin de sa présence sur la façade Atlantique. Séméria & Berland (1988) ne citent pas cette information.
myrmeleontidae_f
©© bync - Yann Carasco - Monde des Insectes

Synclisis baetica (Rambur, 1842) - Fourmilion bétique
Afrique du Nord, Egypte, Europe occidentale jusqu'en Ukraine. Méditerranéo-Atlantique en France, présente en Corse. Semble en expansion. Bien représentée en Charente-Maritime et en Vendée, d'anciennes mentions concernent aussi la Charente. Milieux dunaires ou dans le Saintonge, connue dans des stations sablonneuses dans les terres.
12047804_1020078
©© bync - Gilbert - Monde des Insectes



Deliry C. 2019 - Fourmilions en Poitou-Charentes & Vendée. - Histoires Naturelles n°57 - PDF
Girard M. 1875 - [Myrméléontides du sud-ouest de la France.] - Bull. de la Soc. Entom. de France, 5 (5) : CCXXI-CCXXII.
Giacomino M. 2007a - Clé de détermination des Myrmeleontidae de France. - Invertébrés Armoricains, 1 : 29-34. - PDF LINK
Giacomino M. 2007b - Liste des Myrmeleontinae (Neuroptera, Myrmeleontidae) de la collection G.Durand, capturés dans les Pays de la Loire (France). 1re partie. - Invertébrés Armoricains, 1 : 23-24. - PDF LINK
Lacroix J. 1915
- Notes Névroptérologiques. II. I. Excursions en Charente-Inférieure. - Insecta, 5 (55/56/57) : 106-118.
Séméria Y. & Berland L. 1988 - Atlas des Névroptères de France et d'Europe. - éd. Boubé, Paris. - PDF LINK
Tillier P., Giacomino M. & Colombo R. 2013
- Atlas de répartition de Fourmilions de France. - RARE, suppl.au tom.XIII. - PDF LINK

Ascalaphes en Poitou-Charentes & Vendée

> Ascalaphes de France

Il n'y a que deux espèces d'Ascalaphes connues dans la région.
Libelloides coccajus - Libelloides longicornis


Deliry C. & Faton J.M. 2017 - Ascalaphes de France. - Histoires Naturelles, n°10. (Première édition 1999). - PDF