Un Loup en Charente-Maritime

> Mammifères > Loup gris

Il était annoncé et nous l'attendions… La région était le dernier territoire où le Loup était présent en France (années 1930) avant son retour par les Alpes (dès 1992). Mais ce n'est pas le même Loup qui arrive, c'est le Loup romain (Canis lupus italicus) qui est concerné par la recolonisation du pays. Les meutes les plus proches sont encore bien loin, notamment dans les Alpes… au-delà il s'agit d'individus en phase d'exploration.

Le 20 novembre 2019, près de vignes dans le sud-ouest de la Charente-Maritime à St Thomas de Conac un Loup a été authentifié sur photographie. Il est par contre indiqué Canis lupus lupus par l'Office National de la Chasse. Nous devrions avoir Canis lupus italicus, à moins que son origine soit encore plus loitaine (centre de l'Europe) ou qu'il s'agisse d'un individu échappé. Un communiqué de la Préfecture paru jeudi soir reprends bien cette sous-espèce. En absence de prélèvement d'ADN (poils, excréments)), il semble délicat de se prononcer sur la sous-espèce et sur l'origine de cet animal pour l'instant. On est pour l'instant sur l'hypothèse d'un mâle isolé en prospection.

loup17
shared - © DR - Source : Sud-Ouest - Photographie du 20 novembre 2019 prise à St Thomas de Conac (Charente-Maritime)

Noter qu'en Charente, plusieurs signalements de Loup ont été effectués ces dernières années, mais aucun n'a pu être attesté officiellement. Seuls les cas de la Dordogne ou des Pyrénées-Atlantique concerne la Nouvelle-Aquitaine pour l'instant et il ne s'agit que d'apparitions occasionnelles.

L’automne correspond à une étape importante du cycle biologique de l’espèce appelée dispersion. A cette saison, les jeunes nés au printemps prennent pleinement leur place au sein du groupe contraignant d’autres individus à quitter la meute pour chercher un nouveau territoire où s’établir. Ces individus en phase de colonisation peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de se fixer, et ceci en quelques jours (distances de dispersion pouvant atteindre 800 km depuis le lieu de naissance).
Le système de colonisation par « bonds » est caractéristique du loup. Le nouveau territoire d’installation peut être séparé de la meute d’origine de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres, laissant des espaces interstitiels qui peuvent être colonisés par la suite. Ceci explique notamment certaines observations isolées, loin des zones de présence permanente connues, comme dans la Somme. Ces individus en phase de dispersion peuvent séjourner plusieurs mois dans un secteur avant de le quitter ou s’y installer durablement.

Sources
Communiqué de presse du 22 novembre 2017 - Un loup identifé dans la Somme. - Préfécture de la Somme.
Communiqué de presse du 21 novembre 2017 - Sans titre. - Préfecture de Charente-Maritime.