Ardéidés et Cigognes en Poitou-Charentes & Vendée

Butors, Hérons, Aigrettes, Cigognes, Ibis…



Espèces régulières ou présentant quelques effectifs importants


Aigrette garzette - Egretta garzetta (Linnaeus, 1766) - Pour partie sédentaire, nicheuse en augmentation jusqu'aux environs de l'an 2000. Elle est commune en période internuptiale en Poitou-Charentes, en expnsion et dans les années 1970 essentiellement sur le littoral, on la trouve désormais dans les terres à cette période. Record en dortoir de 500 individus à Bourcefranc le Chapuis. En forte progression
Butor étoilé - Botaurus stellaris (Linnaeus, 1758) - Nicheur disparu de Poitou-Charentes depuis les années 1970. Cet oiseau reste un hivernant régulier notamment sur les marais littoraux de Charente-Maritime. Quelques individus erratiques notés ailleurs sur les autres départements de la région. Le phénomène d'hivernage est récent et nétait connu qu'en Camargue et en Corse au début du XXe siècle, encore marginal dans la région dans les années 1970, il est devenu régulier mais concerne toujours de faibles effectifs.
Cigogne blanche - Ciconia ciconia (Linnaeus, 1758) - Nidification [A préciser]. D'hivernage récente en France et dans la région et hormis des oiseaux artificiellement sédentarisés, ce ne sont que quelques cas qui sont connus en Poitou-Charentes dans les années 1970. L'hivernage se développe à la fin des années 1990, avec 1500 oiseaux notés en décembre 2010, la progression est spectaculaire. Presque tous les oiseaux sont en Charente-Maritime, les autres départements n'étant concernés que par de l'erratisme internuptial.
Grande Aigrette - Casmerdius albus (Linnaeus, 1758) - En augmentation nette en période internuptiale, elle est désormais signalée sur l'essenteil du littoral, des Deux-Sèvres et de la Vienne. Elle est encore lacunaire et irrégulière en Charente. Elle fréquente désormais aussi les îles de Ré et d'Oléron depuis peu. Divers dortoirs se sont installés. Le record de 111 individus a été enregistré au Marias de Rochefort.
Héron bihoreau - Nycticorax nycticorax (Linnaeus, 1758) - Nicheur en Poitou-Charentes, en augmentation en Charente-Maritime. Essentiellement migrateur à destination de l'Afrique subsaharienne. Depuis peu quelques hivernants restent dans la région (et ailleurs en France), discrète, l'espèce se compte à l'unite et est contactée irrégulièrement encore. Peu de progression sur ce sujet.
Héron gardeboeuf - Bubulcus ibis (Linnaeus, 1758) - Nicheur en augmentation, voire explosion, depuis son apparition en 1984 en Charente-Maritime, en 2008 dans la Vienne et en 2011 dans les Deux-Sèvres. Avec plus d'un millier de nid en 2014, la Charente-Maritime abrite la quasi totalité de la population nicheuse de la région (1046 nids au total). 25 nids alors dans les Deux-Sèvres et quelques un seulement, irréguliers dans la Vienne. Rien pour la Charente. Suite à cette expansion démographique en période de nidification, ce Héron est désormais commun en période internuptiale et se disperse sur l'essentiel de la région : très commun en Charente Maritime, commun à assez commun dans les Deux-Sèvres et la Vienne, moins fréquent en Charente. Record particulier de 1206 oiseaux le 10 décembre 2011 à Saintes, étang de la Palue, mais seulement un peu plus d'une centaine pour les records suivants. Le Héron gardeboeufs initialement localisé dans le Monde est désormais Cosmopolite suite à une expansion spectaculaire sur la planète.
Héron cendré - Ardea cinerea (Linnaeus, 1758) - Espèce nicheuse commune avec 2700 couples présents sur 80 colonies en Poitou-Charentes. En période internuptiale la région accueille des oiseaux en provenance de Belgique, Allemagne ou Scandinavie, mais une part de la population locale est vraisemblablement sédentaire. C'est une espèce alors très commune répartie sur l'ensemble de la région, avec quelques préférences locales dans les terres. En expansion depuis les années 1970 notamment dans le centre et le sud de la région.
Spatule blanche - Platelea leucorodia (Linnaeus, 1758) - VUw France - De nombreux oiseaux restent hiverner notamment dans le Bénélux où les populations nicheuses ont notoirement augmenté. En période internuptiale la Spatule est surtout observée sur les marais littoraux de Charente-Maritime, sur Ré et Oléron. On y trouve les sites majeurs pour le pays au Lilleau des Niges et sur les deux îles citées. Un total de 85 individus en janvier 2012 à l'île de Ré est un record. De passage exceptionnel ailleurs dans la région.

Espèces peu communes ou rares, à effectifs faibles, souvent localisées


Ibis sacré - Threskiornis aethiopicus (Latham, 1790) - Allochtone d'origine férale, individus échappés de Branféré (voire de Sigean) depuis les années 1990. Si le nombre de couple a explosé à plus de 1000 dans les années 2006 dans le Morbihan et en Loire-Atlantique, les populations ont été ramenées artificiellement, par éradication, à 410 au début des années 20000. Ils se répandent en période internuptiale sur les marais de l'Ouest de la France et notamment en Charente-Maritime. On y a compte jusqu'à 357 individus sur un seul dortoir en 2006, la régulation de l'espèce se fait sentir avec disparition des bords de la Gironde ou des Marais de Rochefort en hiver. Il n'en reste plus significativement que dans le Marais du Brouage et à l'île de Ré avec quelques individus seulement désormais.

Espèces très rares, très localisées ou occasionnelles


Héron vert - Butorides virescens (Linnaeus, 1758) - Très occasionnel, cet oiseau d'origine Néotropicale a dû être dérouté par une tempête outre Atlantique. Il a été signalé lors de l'hiver 2011-12 sur Iteuil, vérifié quasi quotiennement entre le 21 novemvbre et le 4 janvier. Troisième mention française seulement.
Ibis falcinelle - Plegadis falcinellus (Linnaeus, 1766) - Très localisée, cette espèce ne s'observe, régulièremernt depuis 2004, en Charente-Maritime notamment dans le Marais du Brouage. Cet hivernage donne des indices de progression à surveiller.

Références


Mercier F. & Cohendoz S. (coord.) 2019 - Atlas des oiseaux en hiver du Poitou-Charentes (2009-2013). - Poitou-Charentes Nature. - PDF LINK