Colombidés, Martinets, Huppes et Pics... en Poitou-Charentes & Vendée

Pigeons, Tourterelles, Martinets, Huppe, Guêpier, Martin-pêcheur, Pics, Torcol…



Espèces régulières ou présentant quelques effectifs importants


Huppe fasciée - Upupa epops (Linnaeus, 1758) - C'est une nicheuse migratrice, bien répartie sur la région, qui part hiverner dans le Sud de l'Espagne ou en Afrique tropicale. Avant 1990 elle était strictement migratrice en France, mais dès lors elle hiverne régulièrement en petit nombre en Languedoc-Roussillon notamment. Les mentions hivernales en Poitou-Charentes restent occasionnelles mais tendent à augmenter et concernent notamment quelques mentions en 2012 et 2013.
Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis (Linnaeus, 1758) - Sédentaire et dispersif en Poitou-Charentes, des venues externes viennent renforcer les effectifs en période internuptiale. Il est alors commun à cette époque de l'année, densément représenté dans l'Ouest de la Charente-Maritime où le climat est plus clément, avec déplacements d'oiseaux de la région vers ce secteur. Néanmoins l'espèce est densément représentée sur la région en période internuptiale, mais paraît manquer ou être mal connue en certains points du département de la Charente.
Pic épeiche - Dendrocopos major (Linnaeus, 1758) - Espèce sédentaire très commune, erratique, présente partout dans la région, mais plus densément représentée dans la Vienne, voire le Sud des Deux-Sèvres. Il est détecté facilement dès l'hiver avec ses premiers tambourinements en janvier. Devrait être en augmentation.
Pic épeichette
- Dendrocopos minor (Linnaeus, 1758) - Oiseau sédentaire, commun en Poitou-Charentes, reparti sur l'essentiel du territoire, il semble rare à Oléron et manque à l'île de Ré. Plus répandue en hiver qu'à la belle saison, l'espèce se disperse en quête de nourriture. Certains jeunes peuvent alors se déplacer jusqu'à 100 km du site de leur naissance. Probablement en déclin.
Pic mar - Dendrocopos medius (Linnaeus, 1758) - Espèce sédentaire localisée en Poitou-Charentes, montrant une faible dispersion en période internuptiale. On le trouve volontiers en quelques endroits des chênaies la Vienne et très localement dans les le Sud des Deux-Sèvres et l'Est de la Charente. Absente de Charente-Maritime. En expansion depuis les années 1970 vers les Deux-Sèvres. Cette expansion a été constatée ailleurs en France, par exemple en Bretagne, mais aussi en dynamique positive en Rhône-Alpes.
Pic noir - Dryocopus martius (Linnaeus, 1758) - C'était autrefois une espèce inféodée aux forêts de montagne comme celles des Alpes. Son extension vers l'ouest du pays à plus basse altitude est spectaculaire et entamée dans les années dans les années 1960. Outre sa dynamique d'expansion ce Pic tends à être sédentaire, une fois établi. Il était dans les années 1970 très rare en Poitou-Charentes, alors très localisé dans la Vienne. Dans les années 2010 on trouve l'oiseau sur l'essentiel de la Vienne, le nord de la Charente, une part notable des Deux-Sèvres mais encore très localement aux limites de la Charente-Maritime. L'expansion est spectaculaire dans la région.
Pic vert - Picus viridis (Linnaeus, 1758) - Espèce sédentaire très commune dans la région, mais rare à absent sur les îles, les grandes plaines d'agriculture intensive et ouvertes et plus généralement dans les secteurs dépourvus d'arbres. Il est présent dans quelques villes pourvues de parcs boisés.
Pigeon colombin - Columba oenas (Linnaeus, 1758) - Migrations et nidification [A préciser] ; nicheur en fort déclin ces dernières décennies. HIvernant commun, réparti sur l'essentiel de la région avec quelques lacunes, îles comprises. Plus densément réprésenté en Charente-Maritime. Un record de plus de 600 oiseaux est rapporté en janvier 2013 à Corme Royal. Hivernage en nette augmentation par rapport aux années 1970 à mettre en relation avec la dynamique positive de l'espèce en Europe.
Pigeon ramier - Columba palumbus (Linnaeus, 1758) - Nidification et migrations [A préciser]. De migrateur cet oiseau tends à se sédentariser, notamment en ville mais aussi dans certains territoires agricoles. Il s'agit d'un des oiseaux les plus commun en Poitou-Charentes. On peut observer en hiver des groupes formés parfois de plusieurs milliers d'individus en hiver. Se trouve sur l'ensemble de la région, îles comprises, avec des maxima de densité marqués dans le département de la Charente (IKA de 48,7 individus contre 18 à 27 sur les trois autres départements). C'est une espèce fluctuante en hiver, très probablement sur fond d'augmentation.
Tourterelle des bois - Streptopelia turtur (Linnaeus, 1758) - Nidification et migrations [A préciser]. Cette espèce hiverne en Afrique subsaharienne entre le Soudan et le Sahel. Elle est occasionnelle en hiver en Poitou-Charentes où on rapporte des mentions exceptionnelles de 1994, 1997, 2006, 2007, 2012 et 2013 ; passages anachroniques ?
Tourterelle turque - Streptopelia decaocto (Frivaldszky, 1838) - Il n'a fallu que 20 ans de 1960 à 1980 pour que toute la région soit conquise par cette espèce initialement limitée à l'extrême est de l'Europe. Nidification [A préciser]. Elle est sédentaire, et, peut se reproduire en hiver. A cette époque elle se montre plus grégaire et tends à se rassembler près de ressources alimentaires. Elles forment aussi des dortoirs. Elle est anthropophile et devient rare ou absente près des massifs forestiers ou dans les bocages isolés. Sa dynamique reste en augmentation.

Espèces peu communes ou rares, à effectifs faibles, souvent localisées


Calopsitte élégante - Nymphicus hollandicus (Kerr, 1792) - Originaire d'Australie, allochtone, elle a été introduite en France dans quelques parcs ou jardins, mais nulle part régulière ; fréquemment tenue captive, elle s'échappe - souvent. Peu indiquée, elle est assez souvent donnée en Poitou-Charentes et son statut n'est pas clairement connu. Mentions hivernales indiquées.
Perruche à collier - Psittacula krameri (Scopoli, 1769) - Allochtone, issue des zones tropicales d'Afrique et d'Asie ou de Turquie ; introduite en France. Cette espèce n'est pas encore connue nicheuse en Poitou-Charentes, bien que des mentions très isolées, sans aucune régularité, concernent les différents départements de la région. Elle a été notée toutefois chaque hiver depuis 2009 à Parthenay, à la mangeoire ; individu survivant.
Perruche ondulé - Melopsittacus undulatus (Shaw, 1805) - Allochtone, originaire d'Australie, très fréquemment tenue en cage. Echappée, elle a été ponctuellement indiquée en hiver à Rochefort.
Pic cendré - Picus canus (Gmelin, 1788) - Déjà très rare en nidification en Poitou-Charentes, cet oiseau sédentaire semble avoir très récemment déserté ses rares localités des Deux-Sèvres et de Charente-Maritime. L'espèce subsiste très lcalement dans le Nord de la Charente (Lessac) et dans la Vienne (Forêt de Moulière)  [A préciser]. Elle est au bord de l'extinction dans la région.
Torcol fourmilier - Jynx torquilla Linnaeus, 1758 - [A préciser]

Références


Mercier F. & Cohendoz S. (coord.) 2019 - Atlas des oiseaux en hiver du Poitou-Charentes (2009-2013). - Poitou-Charentes Nature. - PDF LINK