Oiseaux aquatiques en Poitou-Charentes & Vendée

Plongeons, Grèbes, Fulmar, Pétrels, Cormorans…



Espèces régulières ou présentant quelques effectifs importants


Grand Cormoran - Phalacrocorax carbo (Linnaeus, 1758) - Internuptial très commun sur l'ensemble du littoral, des marais, étangs et cours d'eau importants du Poitou-Charentes. La population hivernale de la région a été évaluée aux dortoirs à 4700 individus, plusieurs centaines sur un même site possibles, dont 60% en Charente-Maritime. Probablement en augmentation comme ailleurs en France depuis les années 1980.
Grèbe à cou noir - Podiceps nigricollis (Brehm, 1831) - Internuptial localisé sur le littoral en particulier autour des îles de Charente Maritime avec quelques dizaines d'individus seulement, mais réguliers. Record de 63 individus à l'île de Ré, Fiers d'Ars, site régulièrement occupé par ce Grèbe. A l'intérieur l'espèce est assez régulière au lagunage de Rochefort notamment et en quelques autres points non loin des côtes en Charente Maritime. Hors ce département l'espèce n'a - récemment - été vue que dans les Deux-Sèvres au Lac de Cébron en décembre 2009 et 2010 avec 4 individus au maximum.
Grèbe castagneux - Tachybaptus ruficollis (Pallas, 1764) - Espèce nicheuse en déclin (-30%), ce qui est contraire à la tendance nationale. Internuptial assez commun, dispersé sur l'ensemble de la région, tant sur les côtes que dans les terres. Le site de la résurgence de la Touvre peut intéresser plusieurs centaine d'oiseaux (maximum proche de 400 oiseaux). Ce site montre des effectifs en léger déclin depuis les années 2000.
Grèbe huppé - Podiceps cristatus (Linnaeus, 1758) - Espèce présente toute l'année, nicheuse. C'est en période internuptial un oiseau vu en divers endroits tant sur les côtes que sur les étangs. L'espèce est en hiver sur les secteurs d'étangs des Deux-Sèvres, ceux en limite entre Vienne et Charente et sur le littoral ou autour des îles. Le barrage du Cébron créé dans les années 1980 attire aussi cet oiseau. Les effectifs internuptiaux semblent stables dans la région.
Plongeon catmarin - Gavia stellata (Pontoppidan, 1763) - Internuptial localisé sur le littoral, notamment autours des îles de Charente Maritime. Ce sont quelques dizaines d'individus épars qui sont présents. Record de 63 individus ke 28 décembre 2010 en Oléron. Très exceptionnel dans les terres (un les 13 et 14 décembre 2011 à Moutiers sous Argenton).
Puffin des Baléares - Puffinus mauretanicus (Lowe, 1921) - Internuptial noté essentiellement en période de migration sur les côtes des îles de Charente-Maritime, ainsi qu'au large de la Presqu'île d'Arvert. Tout à fait occasionnel en hiver avec seulement deux données récentes en Oléron (3-4 individus le 11 décembre 2010 et 1 le 9 janvier 2012).

Espèces peu communes ou rares, à effectifs faibles, souvent localisées


Cormoran huppé - Phalacrocorax aristotelis (Linnaeus, 1761) - Internuptial en très faible nombre, hivernant sur les îles de Ré et d'Oléron. Les hivernants sont réguliers, les mêmes comme en témoigne la lecture de bagues, avec notamment depuis 2008, un à quatre oiseaux dans le nord d'Oléron. Une lecture révèle qu'un oiseau été né dans le Morbihan.
Fou de Bassan - Morus bassanus (Linnaeus, 1758) - Internuptial signalé en faible nombre sur les côtes des îles d'Oléron et de Ré, parfois dans les Pertuis Breton et d'Antioche. Les mentions hivernales proviennent quasiment toutes des îles déjà citées, mais aussi de Fouras, généralement pas plus de 10 individus contactés, sauf à Chassiron où ce sont parfois une centaine de Fous qui sont comptés.
Grèbe esclavon - Podiceps auritus (Linnaeus, 1758) - VUw France - Internuptial très localisé, présente notamment sur les côtes de l'île de Ré, ainsi qu'en moindre effectif en Oléron, parfois aussi vers La Rochelle. Ce ne sont pas plus de 20 hivernants qui sont indiqué en Ré.
Plongeon arctique - Gavia arctica (Linnaeus, 1758) - Internuptial très localisé sur le littoral, notamment autour des îles de Charente Martime. On ne compte pas plus de 30 hivernants au total, épars. Exceptionnel dans les terres (un le 21 décembre 2012 à Ste Gemme.
Plongeon imbrin - Gavia immer (Brünnich, 1764) - VUw France - Internuptial très localisé sur le littoral, presqu'exclusivement autour des îles d'Oléron et de surtout l'île de Ré. On y compte une dizaine d'hivernants, réguliers chaque année. Mentions très rares dans le terre en général au coeur de l'hiver (décembre ou janvier). Une observation du 25 novembre au 1er décembre 2019 à Pescalis le Grand Etang (Deux-Sèvres) sort de ce contexte et paraîtra exceptionnelle.
Océanite tempête - Hydrobates pelagicus (Linnaeus, 1758) - Internuptial exceptionnel, rossé sur les côte lors des tempêtes, mais n'a été signalé qu'un très faible nombre de fois, cadavres compris y compris dans les terres (une mention). Commun en automne ou en début d'hiver au large dans le Golfe de Gascogne.

Espèces très rares, très localisées ou occasionnelles


Fulmar boréal - Fulmarus glacialis (Linnaeus, 1761) - Occasionnel, détecté lors d'échouages en période internuptiale : trois cas sur les côtes. Même par tempête cet oiseau n'a pas été vu lors de séances de seawatching.
Grèbe jougris - Podiceps grisegena (Linnaeus, 1758) - Internuptial occasionnel à très rare, très localisé notamment au niveau des îles de Ré et d'Oléron. Les effectifs sont très faibles et en déclin depuis les années 1970. Exceptionnel dans les terres (un le 30 janvier 2011 à Availles Limouzine).
Océanite culblanc - Hydrobates leucorhous (Vieillit, 1818) - Internuptial aux contacts aléatoires suite à des tempêtes particulières. Ainsi ce sont plus de 1000 individus qui sont comptés depuis La Tremblade ou l'île d'Oléron le 23 novembre 2009 suite à la tempête Ludwig, des échouages et cadavres nombreux sont découverts ailleurs sur les côtes. Les hivers suivants ce ne sont que trois mentions d'oiseaux isolés qui sont rapportées.

Références


Mercier F. & Cohendoz S. (coord.) 2019 - Atlas des oiseaux en hiver du Poitou-Charentes (2009-2013). - Poitou-Charentes Nature. - PDF LINK